• /

lundi 3 décembre 2012

Iced (Dani O'Malley #1) - Karen Marie Moning



The year is 1 AWC—After the Wall Crash. The Fae are free and hunting us. It’s a war zone out there, and no two days are alike. I’m Dani O’Malley, the chaos-filled streets of Dublin are my home, and there’s no place I’d rather be. 
Dani “Mega” O’Malley plays by her own set of rules—and in a world overrun by Dark Fae, her biggest rule is: Do what it takes to survive. Possessing rare talents and the all-powerful Sword of Light, Dani is more than equipped for the task. In fact, she’s one of the rare humans who can defend themselves against the Unseelie. But now, amid the pandemonium, her greatest gifts have turned into serious liabilities.Dani’s ex–best friend, MacKayla Lane, wants her dead, the terrifying Unseelie princes have put a price on her head, and Inspector Jayne, the head of the police force, is after her sword and will stop at nothing to get it. What’s more, people are being mysteriously frozen to death all over the city, encased on the spot in sub-zero, icy tableaux.When Dublin’s most seductive nightclub gets blanketed in hoarfrost, Dani finds herself at the mercy of Ryodan, the club’s ruthless, immortal owner. He needs her quick wit and exceptional skill to figure out what’s freezing Fae and humans dead in their tracks—and Ryodan will do anything to ensure her compliance.Dodging bullets, fangs, and fists, Dani must strike treacherous bargains and make desperate alliances to save her beloved Dublin—before everything and everyone in it gets iced.


Attention Spoilers sur les précédent tomes (Ben si. Un petit peu quand même. De toutes façons, il faut lire la série "Fever" avant, sinon on passe complètement à côté de cette histoire... Si si si...)



Plus d'un an après avoir refermé le dernier tome de la série "Fièvre (Shadowfever m'avait obsédé et tourneboulé le cerveau comme peu de livres ont su le faire jusqu'à maintenant) j'ai ENFIN mis la main sur la suite : le premier tome des aventures de Dani qui prend pied quelques jours seulement après la fin des évènements du dernier livre.

L'attente, le plaisir anticipé, la joie de renouer avec un univers fascinant, le folklore que l'on retrouve au centre des récits de Karen Marie Moning et qui leur apportent leur originalité et leur saveur si particulières, le bonheur d'entendre à nouveau s'exprimer des personnages chers à mon coeur comme seule l'auteur sait les faire parler, toutes ces choses ont bien entendu beaucoup participé à mon enthousiasme. Mais je crois que le meilleur, c'est que je n'ai même pas été déçue ! (C'était quand même à craindre parce que pour moi, difficile d'atteindre le niveau de "Fièvre".) Et pourtant, le pari a été tenu ! Iced est une véritable friandise savourée (dévorée) de bout en bout, tant à cause des personnages, des situations, des revers de fortune ou de l'intrigue, que des relations entre ces mêmes personnages, des conflits, des dialogues et des nouvelles têtes qui sont apparues tout au long de cette nouvelle intrigue.


Alors que beaucoup de choses tournaient autour de Mac au début de la série "Fièvre", ici on est confronté dès le début à une myriade de personnages déjà entraperçus dans les livres précédents et qu'on a hâte d'apprendre à connaître davantage. Et Dani O'Malley n'est pas des moindres puisque l'auteur a décidé de construire sa nouvelle série autour de ce personnage haut en couleurs qui m'était devenu si attachant en lisant "Fièvre" ! Un pari risqué si l'on en croit certains, car évidemment, dur dur pour la reine de la romance version "Highlanders et mâles mystérieux" de concentrer son récit autour d'une ado de 14 ans dont - forcément ! - les relations avec les hommes ne peuvent être qu'aux antipodes de celles d'une femme mûre. (pourtant, il y a quand même des passages ultra chauds...)

L'histoire est simple (enfin... façon de parler) Après la chute des murs et l'invasion des faës dans le monde humains, plus de la moitié de la population mondiale a disparu. Les survivants se terrent et offre des cibles de choix pour les monstres qui hantent à présent les rues de Dublin. Dani est une ado de quatorze ans douée de pouvoirs exceptionnels - dont la faculté de se déplacer à une vitesse vertigineuse. Et elle est la seule avec Mac à posséder la seule arme susceptible de tuer les faës. Depuis que le monde a basculé dans le chaos, Dani arpente nuit et jour les rues de Dublin afin de débarrasser la ville de la menace constante de ces créatures et d'informer les derniers habitants des méthodes de survie. Mais il y a une nouvelle menace depuis quelques temps : une mystérieuse entité transforme habitants comme Unseelies en bloc de glace. Dani enquête aux côtés du patron de Chester's - le mystérieux Ryodan - déjà rencontré dans la série précédente. Et on peu dire que leur relation est électrique !


Dani est une jeune fille exceptionnelle dans tous les sens du terme. Tout en étant une forte tête, une grande gueule et une ado en proie à ses hormones, elle garde un côté vraiment attachant qui me l'a fait aimer dès les premières pages. Elle est naïve et intrépide, sûre d'elle, littéralement amoureuse de sa ville et parfaitement à l'aise dans cet univers chaotique qui lui permet d'expérimenter ses pouvoirs et de laisser libre cours à tous ses délires. Elle se questionne également sur pas mal de choses et c'est assez cohérent pour quelqu'un de son âge, mais elle n'en reste pas moins une héroïne surprenante douée de qualités de coeur et de courage hors du commun, et ce sont ces aspects-là que j'ai retenu, malgré son langage parfois imagé, ses fréquentes sautes d'humeur et ses réactions souvent déraisonnables. J'ai parfois eu quelques frayeurs lorsque Dani n'était plus vraiment Dani. Par exemple lorsque l'auteur se lâche et nous permet de voir la femme qu'elle deviendra un jour, et que ses comportements et sa vision du monde deviennent un peu trop "adultes", en tout cas plus que ceux d'une jeune fille de son âge en dépit des circonstances. Et puis, au détour d'une scène, on retrouve Dani et Dancer, et tout revient à la normale entre leurs nombreuses séances de rigolade, les visionnages de DVD et l'engloutissement d'énormes quantités de sucreries qu'elle se paye !

L'intrigue en elle-même est loin d'acquérir la profondeur de celle de "Fièvre". Pour l'instant. Nul doute que l'auteur va continuer à nous surprendre en étoffant son récit et en jouant notamment sur les relations entre les personnages et leurs interactions. (Du moins j'espère parce qu'il y a quand même pas mal de choses assez frustrantes dans cette histoire !) Le côté positif, c'est que l'intrigue en question trouve sa solution au terme de ce premier volume, inutile donc d'attendre la suite pour obtenir certaines réponses.

J'ai une faiblesse pour Kat, dans ce récit, et surtout pour son histoire. Je l'adore et j'ai hâte de voir comment les choses vont tourner pour elle à l'avenir. Kat est un personnage clé dans Iced, et j'ai regretté de ne pas pouvoir en apprendre davantage sur elle. Ou de ne pas lire plus de chapitres qui lui seraient consacrés. Mais je pense que ça va changer. Et je suis sûre qu'il y a matière à construire quelque chose de fort autour d'elle. 

Bon, parce qu'il le faut, arrêtons-nous deux minutes sur Jo-la-chanceuse (parce qu'il faut bien en parler et que ce serait tout simplement injuste de passer à côté) : et bien elle ne m'a pas autant agacée que j'aurais pu le craindre en lisant les commentaires des lecteurs ici ou là. En fait, elle saisit l'occasion de vivre un truc exceptionnel comme nous le ferions toutes à sa place, et là, difficile de lui en vouloir. D'après KMM, Jo va également beaucoup évoluer dans l'avenir. J'ai hâte de voir comment les choses vont tourner pour elle en espérant qu'elle trouve enfin sa place dans le récit car, pour l'instant (mais je ne doute pas une seconde que ce ne soit pas voulu de la part de l'auteur !) je m'interroge sur l'intérêt ou l'utilité de sa présence...

Lor était déjà fascinant dans les précédents volumes. Mais si, souvenez-vous : c'était ce mec plutôt tyrannique dont le passe-temps favori était de menacer Mac et de lui faire comprendre à quel point elle se trouvait sur la brèche... Ici, il est carrément irrésistible. Tout aussi sombre que les autres, tout aussi invulnérable et dangereux, tout aussi profondément déstabilisant, il y a quand même une note d'humour que KMM lui apporte et qui, au final, nous le rend encore plus attachant ! Difficile de ne pas imaginer la suite du récit sans Lor et ses vannes, sans Lor et sa présence virile, sans Lor et une éventuelle blonde à forte poitrine (les goûts et les couleurs...) qui lui botterait enfin les fesses histoire de lui faire comprendre que l'éternité tout seul... ben ça craint quand même !... 

Enfin, je pense que Ryodan mérite à lui seul quelques lignes explicatives puisqu'il est un des principaux personnages de cette série et qu'il serait difficile de passer à côté sans l'évoquer... Impossible en fait !

En quittant Jericho Barrons, on se disait qu'il serait forcément difficile de s'attacher (voire de fantasmer) autant sur un autre (tout puissant et viril soit-il). Et pourtant, c'est le cas. Ryodan, non content d'être un salaud froid et calculateur, un homme tenace et déterminé à obtenir ce qu'il veut, est un sacré meneur d'hommes plein de ressources qui dégage (mais qui dégage vraiment !) une assurance et une virilité à toutes épreuves, et qui est juste complètement imprévisible (et irrésistible). Là où Barrons était une bête brûlante qui retournait tout sur son passage, on retrouve en Ryodan un être sombre, dépourvu d'émotions, une machine invulnérable et sexy qui fait froid dans le dos, dont les objectifs nous sont inconnus et qui n'agit que dans son propre intérêt et celui de ses hommes. Difficile à ce point précis de ne pas craquer totalement. Il est l'expression même de l'alpha dans toute sa splendeur avec tous les mystères qui l'entourent, et les quelques flash-backs de Dani (qui l'aurait aperçu dans certaine situation... ma foi... assez troublante) laissent présager bien des heures de lecture savoureuse pour le futur. Le reste, mes bonnes dames, est laissé à votre humble imagination. Tout le talent de KMM est de beaucoup suggérer et d'en révéler peu sur l'objet de notre affection, et c'est ce qui donne toute la saveur à ses romans.

Malgré l'âge de Dani, on se prend à échafauder toutes sortes de théories amoureuses entre elle, Ryodan, Christian, et même Dancer, et j'adore voir l'auteur nous mener en bateau parce qu'en fait tout est là : impossible de savoir ce que KMM a en tête pour son héroïne, si ce n'est les quelques indices disséminés ici ou là et qui n'ont peut-être pas d'autre objectif que de nous perdre un peu plus encore dans le cours des évènements... C'est bon de se laisser mener en bateau par KMM, d'en haïr certaines, d'en admirer d'autres, et de se fourvoyer complètement j'en suis sûre (suffit juste d'attendre la suite pour voir...)

Je me demande où toutes les bonnes âmes anglo-saxonnes veulent exactement en venir quand je lis leurs commentaires ici et là. Apparemment, nombre de gens ont été choqués par un récit où un homme plus âgé puisse convoiter une jeune fille comme Dani de la façon dont il le fait. J'ai même vu passer des allusions à la pédophilie et oulàlà !... arrêtons le carnage ! Rien n'est plus éloigné de la réalité. Que les plus prudes se rassurent : on reste "dans les clous" et l'auteur ne franchit pas les vilaines limites de l'immoralité. Ouf, l'honneur est sauf ! Soyons sérieux deux minutes : KMM a imaginé des personnages forts et charismatiques avec, certes, des penchants parfois limites (et dont finalement on ne sait rien !) mais elle ne franchit à aucun moment les limites de l'immoralité. Pas de sexe dans ce roman, mais des allusions à la pelle (ça c'est certain !) et honnêtement rien qui puisse réellement choquer. Après, je pense qu'on est fan de l'auteur ou pas, parce qu'elle aime mettre en scène des hommes dont la violence et la brutalité sont nécessaires au contexte de son histoire, mais il suffit de voir la manière dont Ryodan se comporte avec Jo pour comprendre que KMM n'a pas voulu se fourvoyer dans cette voie-là... D'ailleurs autant le dire tout de suite : entre Ryodan et Dani il ne se passe rien. L'introduction d'un personnage comme Dancer a quelque chose de rassurant aussi puisqu'il se rapproche le plus de l'âge de Dani (d'ailleurs, je l'adore et j'ai vraiment envie de les voir finir ensemble ces deux-là !)

Après, il y a toujours Christian et c'est peut-être le seul qui soit vraiment dérangeant. Il a radicalement changé et n'est plus l'étudiant sympa que Mac croisait dans les livres précédents. Il est devenu un être surnaturel et puissant, obnubilé par sa soif de vengeance et surtout par Dani. Mais encore une fois, je ne l'ai pas trouvé particulièrement malsain, il titille notre imagination et on se pose forcément énormément de questions sur lui. Christian subit plus qu'il ne contrôle son nouvel état, il est lui aussi en plein dilemne.

Revenons à nos moutons. Si dès le premier tome le ton est donné, et les allusions sexuelles se comptent à la pelle, c'est Dani qui reste au centre de l'histoire. Dani reste elle-même, elle est jeune, elle découvre de nouvelles sensations, elle ouvre les yeux sur un monde en plein chaos, échafaude ses propres théories, ressent des choses qu'elle ne sait pas nommer, se voit entourer à son corps défendant par une ribambelle d'hommes tous plus virils et possessifs les uns que les autres, et fait face avec dédain et courage à tout ce qui se met en travers de sa route. Dani est aussi une gosse avec un lourd passé, des regrets en veux-tu en voilà et des choses pas très jolies jolies à son actif, mais elle n'en reste pas moins une jeune adolescente douée de pouvoirs au-dessus de la normale, drôle, insolente et très attachante ! Elle évolue dans un univers anarchique livré à lui-même où les règles ont changé et qui pousse les gens à changer aussi. Et elle s'en sort plutôt pas mal !

Voilà. Il est temps de lâcher le clavier et d'aller relire Iced encore une fois... L'attente en valait la peine. Aucune déception de mon côté, juste du plaisir, encore du plaisir et toujours du plaisir, et une fascination sans borne pour le talent de l'auteur qui va forcément, j'en suis sûre, nous entourlouper encore et encore d'ici les trois prochains tomes que comptent cette saga, et nous jeter de théories en théories comme elle a déjà su si bien le faire par le passé... J'espère que je vous ai donné envie de le lire ou d'attendre au moins la parution en français.

Je vous laisse, parce que j'ai quelques bonnes pages à relire. Et comme je ne m'en lasse pas... hein... vous m'aurez comprise bande de coquines... 

    
Iced (Dani O'Malley #1) - Karen Marie Moning - Editions Delacorte Press - 2012

5 commentaires:

  1. gniiii !!! je vois que toi aussi tu n'as pas été déçue !! une super lecture !

    RépondreSupprimer
  2. @Sandy : C'est clair que tout paraît bien fade derrière...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette super critique qui m'a vraiment donné envie de le lire ! J'avais vraiment peur et maintenant j'ai qu'une envie, me jeter dessus!

    RépondreSupprimer
  4. Hiiii trop bien ce billet... :-)
    Je vois que tu as aussi un faible pour Lor : tu es blonde aux gros seins ??? :D
    Et pour Jo, moi je la deteste... :D

    RépondreSupprimer
  5. @Lucille : Peur ????? Faut pas ! Lance-toi, si tu aimes cet auteur !
    @Cess : Hiiiii ! Y'a tellement de choses à en dire ! Non je ne suis pas blonde aux gros seins (pas de bol pour moi !) mais y'a une scène dans le livre où il est dit que c'est ce qu'il préfère... Les goûts et les couleurs... Quant à Jo, c'est délicat. On a envie de la haïr quand on l'écoute parler (franchement, elle est à baffer par moment !) mais après tout, difficile de lui en vouloir (on ferait toutes pareil à sa place !) J'ai hâte de voir comment va évoluer son personnage...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com