• /

vendredi 28 septembre 2012

Club Dumas - Arturo Perez-Reverte



A-t-on réellement découvert un chapitre manuscrit des Trois Mousquetaires ? Et quel rapport y a-t-il entre le chef-d’œuvre de Dumas et ces Neuf Portes du royaume des ombres, livre diabolique dont l’auteur fut brûlé l’année même de la mort de D’Artagnan ? Telles sont les questions auxquelles Corso, chercheur de livres rares pour collectionneurs fortunés, tente de répondre en butant sur des cadavres, de Tolède à Cintra, puis chez les bouquinistes de Paris et au bord de la Loire, suivi par d’étranges sosies de Milady ou de Rochefort…

Après une accroche un peu difficile, j'ai plongé avec bonheur dans cette histoire traitée de manière magistrale du début à la fin. Le récit compile plusieurs genres - aventures, thriller, mystère - et fait la part belle aux livres anciens et aux romans de Dumas plus particulièrement.

C'est autour de Corso que se construit tout l'intérêt de cette histoire car c'est un homme peu banal qu'a imaginé Arturo Perez-Reverte : complexe, hanté par son passé et imbibé de gin Bols à toute heure du jour ou de la nuit, mais surtout possédé par l'amour des vieilles reliures et des éditions rares, il est incontestablement l'anti-héro par excellence. D'apparence paisible voire ordinaire mais recelant bien des réserves lorsqu'il est acculé, Corso est doté d'une intelligence et d'une culture stupéfiantes. Envoyé en mission à travers l'Europe pour authentifier un mystérieux ouvrage de démonologie pour le compte de Varo Borja, son puissant propriétaire, Corso doit comparer son édition aux deux seuls autres originaux existants au monde. Il est grassement payé pour cette mission et doit se rendre au Portugal ainsi qu'en France afin d'y rencontrer les propriétaires respectifs. Dans le même temps il assiste à la réapparition subite d'un chapitre manuscrit du récit des Trois Mousquetaires - pièce rare qui aurait été rédigée de la main même de Dumas et que le détective bibliophile va aussi s'atteler à authentifier. Mais Corso n'est pas seul dans cette galère : les ouvrages sont convoités par de mystérieuses figures qui ont toutes d'étranges ressemblances avec les personnages de Dumas, et qui gravitent autour de lui et le poursuivent où qu'il aille, déterminées - semble-t-il - à lui mettre des bâtons dans les roues.


Ils arrivèrent à l'autre bout du pont. Corso avait l'étrange sensation d'être surveillé de loin par les gargouilles de Notre-Dame. Fausses, naturellement, comme tant de choses. Elles n'étaient pas là avec leurs grimaces infernales, leurs cornes et leurs barbes pensives de bouc quand les honnêtes maîtres-bâtisseurs burent un verre d'eau-de-vie et levèrent les yeux là-haut, suants mais contents. Ni quand Quasimodo grognait parmi les clochetons son amour malheureux pour la gitane Esmeralda. Mais après Charles Laughton, lié à elle par sa loyauté de celluloïde, ou Gina Lollobrigida - deuxième version, technicolor, aurait précisé Nikon, tournée sur le parvis, à l'ombre de l'église -, il aurait été difficile de voir ce lieu sans ses sinistres sentinelles néo-gothiques.


Une fois familiarisé avec le style lyrique de l'auteur et avec le vocabulaire du milieu, les chapitres défilent à toute allure et on assiste à la progression de l'enquête par un Corso déstabilisé, dont le parcours est semé d'embûches et qui pense être devenu lui-même le personnage d'un de ces romans-feuilleton si populaires au XIXème ! En effet, les allusions au roman le plus connu de Dumas se succèdent - dans l'allure des protagonistes comme dans les différentes scènes qui opposent Corso à ses ennemis. Mais le plus intéressant, c'est la manière dont l'auteur a entremêlé le destin de ce chapitre original des Trois Mousquetaires et les Neuf Portes du Royaume des Ombres - ouvrage qui permettrait à celui qui le possède d'invoquer Lucifer en personne ! On dévore littéralement l'histoire pour entrevoir enfin la clé de l'énigme. La façon dont l'auteur crée des parallèles entre les deux oeuvres tout en opposant Corso à toutes sortes de situations plus ou moins inconfortables, les personnages secondaires subtilement imaginés - Irène Adler n'étant pas des moindres ! - les dialogues, les lieux évoqués et les références littéraires au Vicomte de Bragelonne, au Comte de Monte-Cristo, à Vingt ans Après et à toutes sortes de romans connus ou pas du lecteur, mais surtout le style coloré de l'auteur qui donne un formidable pouvoir d'évocation à son oeuvre, absolument tout s'associe au plaisir de cette lecture.


Il n'y a pas de temps mort, les fréquents déplacements et les nombreuses rencontres de Corso permettent de voyager à travers le temps et l'espace et accélèrent le rythme du récit. Et toutes les références littéraires ou historiques qui sont faites au fil des pages comme celles disséminées ici ou là à propos de Dumas, de son passé ou de ses oeuvres, sont autant de points importants qui permettent de maintenir l'intérêt du lecteur tout en satisfaisant sa soif de connaissance. 



Plus tard, on mûrit, on devient flaubertien ou stendhalien. On penche pour Faulkner, Lampedusa, Garcia Marquez, Durrell ou Kafka... On devient différents les uns des autres; on devient même adversaires. Mais nous nous faisons tous un clin d'oeil complice quand nous parlons de certains auteurs, de certains livres magiques qui nous firent découvrir la littérature sans nous attacher à des dogmes ni nous donner des leçons équivoques. Telle est notre authentique partie commune : des récits fidèles non pas à ce que les hommes voient, mais à ce que les hommes rêvent.



Un conseil pour ceux qui, comme moi, n'avaient vu que l'adaptation ciné de 1999 : ne vous fiez pas au film et prenez plutôt le temps de lire le livre. L'intrigue est développée plus subtilement, le périple de Corso est bien plus passionnant, tout est mieux démontré, différent et l'atmosphère du livre ne se retrouve pas dans le film : ça n'a tout simplement rien à voir ! 


C'est un coup de coeur, forcément ! Comment ne pas adorer ce genre d'aventure qui met en scène des bibliophiles passionnés prêts à tout pour s'emparer de la pièce rare ??!! Ce Club Dumas est une excellente surprise et un must à conserver dans sa bibliothèque pour tous les amoureux des livres et de la littérature ! 


Club Dumas - Arturo Perez-Reverte - Le Livre de Poche - Collection Policier &Thriller - 1997

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com