• /

vendredi 10 août 2012

Les Mystères de Morley Court - Sheridan Le Fanu


Etant une fan inconditionnelle du roman gothique sous toutes ses formes, je ne pouvais pas passer à côté de ce titre (pas l'un des plus connus malheureusement) de Sheridan le Fanu, l'auteur du brillant et sulfureux Carmilla J'ai découvert par hasard le billet de Lou il y a deux ans - merci à elle ! - et j'ai mis bien du temps par la suite pour me le procurer d'occasion ! (mais ceci est une autre histoire...) 

Et quand le gothique se situe à Dublin et qu'il côtoie allègrement l'absurde et les ingrédients incontournables du roman à sensation, c'est juste jouissif... !

Cour intérieure du château de Dublin
Les Mystères de Morley Court (dont le titre complet est suivi de : Une Chronique de la Vieille Cité de Dublin) se déroulent comme un feuilleton découpé en chapitres brefs qui font sensiblement avancer l'énigme et dévoilent peu à peu les vicissitudes des personnages et leurs sombres motivations. Les titres de ces chapitres constituent à eux seuls un vrai petit bonheur et donnent un avant-goût de ce qui va suivre en titillant notre imagination ! Grâce à Le Fanu, on passe des intrigues de coeur et des personnages sombres et brutaux (parfois proches de la caricature - mais c'est tellement bon !), aux jeunes héroïnes éthérées, aux chevaliers au grand coeur pleins de courage et d'abnégation, aux éléments qui se déchaînent, aux nuits de pleine lune, aux cavalcades effrénées dans les ruelles glauques d'une vieille cité d'Irlande, bref... j'en ai encore le palpitant tout retourné... Sans aller jusqu'à l'évanouissement si cher à Mary (l'héroïne mélancolique de ce roman) j'ai profité pleinement (et souffert un peu avec elle aussi !) des incroyables retournements de situations, des personnages nombreux et variés - si charismatiques - qui peuplent cette histoire rocambolesque, de la méchanceté des vilains, de la grandeur des héros, de l'humour ou de la cruauté des autres, mais surtout des magnifiques paysages suggérés par l'auteur qui prennent vie sous une plume incroyablement évocatrice.

L'histoire débute avec le retour au pays du jeune Edmond O'Connor, après plusieurs années d'absence, qui n'a jamais oublié son amour de jeunesse, la belle Mary Ashwoode, dont l'affreux père - baronnet sur le déclin assailli par les dettes - veut à présent la marier avec un vieillard cocasse et un peu précieux, mais surtout richissime - Lord Aspenly. O'Connor, pourtant appuyé par un protecteur qui peut lui permettre, cette fois, d'épouser sa belle, se heurte au mépris du baronnet. Ce dernier tire déjà des plans sur la comète. Peu importe si le futur marié a soixante-dix ans, s'habille d'une manière ridicule et pratique l'art de la poésie de façon bien médiocre, il épousera Mary Ashwoode, même si cela doit briser le coeur de sa fille et ne lui offrir qu'un destin bien malheureux.

Mais les évènements ne cessent de se compliquer, et c'est au tour de son propre frère Henry de s'acharner sur la malheureuse Mary. Joueur maladif, il croule sous les dettes et a bien l'intention d'utiliser sa soeur pour lui sauver la mise. Alors, qui permettra à Mary d'échapper aux douteuses malversations de son entourage ? Car c'est un destin bien sombre qui se dessine pour celle qui fait à présent figure de victime à une époque cruelle où les hommes détiennent toutes les clés, usent et abusent de toutes les vilenies pour assouvir leur quête d'opulence, et tombent dans la plus terrifiante bassesse lorsqu'il est question de leurs intérêts.

Outre le style impeccable de Le Fanu et les grandes qualités qu'il détient lorsqu'il est question d'évoquer un crépuscule inquiétant, les vieilles auberges de Dublin ou les chaudes couleurs de l'automne qui surgissent lorsqu'on quitte les murs de la ville, c'est la manière dont est découpé le récit qui m'a beaucoup plu, et la façon dont s'enchaînent les évènements, rebondissants de péripéties en intrigues tordues pour la plus grande joie du lecteur. Loin du parfum de mélancolie des Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliffe, où les paysages bucoliques possédaient une place importante dans le récit et où le lecteur imaginait plus qu'il ne découvrait réellement les affreuses motivations des personnages, le lecteur côtoie ici un monde bien plus sombre et implacable, où une touche d'humour révélée par un personnage débonnaire éclaire parfois un contexte très sombre. Ce n'est pas à travers un mais plusieurs regards que nous assistons aux évènements, et pouvoir se projeter dans les scènes les plus intimistes grâce à une pléiade de personnages divers - voleurs, simples valets et héros mêlés - est un point positif supplémentaire dont découle tout naturellement le plaisir de lecture. Au fil des chapitres, on suit ainsi de très près le déroulement de l'intrigue, on évolue auprès des figures les plus inquiétantes du roman et aucunes de leurs motivations les plus perverses ne sont épargnées au lecteur.


Les âmes torturées se voient contraintes par un destin fantasque à sombrer encore et encore, et s'opposent en cela à la puissance de l'innocence et du courage personnifiés par des figures pures aux intentions honorables qui combattent le mal à grand coups d'actions héroïques et de discours courtois. L'évocation des tripots, maisons de jeu et autres sordides lieux de débauches de la ville plongent le lecteur (secrètement ravi !) dans une époque dangereuse et pleine de dissidences où dominent les références médiévales.

Quant à savoir si Le Fanu a réellement souhaité s'inscrire dans la grande tradition des auteurs de romans gothiques, ou simplement faire preuve d'humour en parodiant quelques peu les situations extrêmes et les personnages tragiques souvent rencontrés dans ce registre littéraire, le doute est permis. Il use volontiers de malice et de moquerie avec ses personnages, tant dans leur choix que dans leur aspect, leurs attitudes ou leurs discours, développant les contrastes à l'extrême. Parfois jusqu'au burlesque.

Avec ses complots, ses amours contrariées, ses récits d'innocence bafouée, ses galops effrénés au coeur des nuits de tempête, Les Mystères de Morley Court et son évocation d'un Dublin obscur et angoissant aux bas-fonds peuplés de fripouilles et de vauriens est incontestablement une grande oeuvre classique. Et malgré la touche burlesque, c'est avant tout une fresque digne des plus grands récits gothiques, au même titre que les oeuvres de Lewis, Radcliffe ou Walpole. Inutile de dire que c'est un livre qui va longtemps me hanter et dont je ne suis pas prête de me séparer...


Les Mystères de Morley Court - Sheridan Le Fanu - Editions Phébus - 2008

3 commentaires:

  1. Sais-tu que tu te fais tentante? J'avais beaucoup aimé le style de Le Fanu dans Carmilla. Et j'aime beaucoup les romans gothiques.

    RépondreSupprimer
  2. @Karine:) Laisse-toi tenter alors ! Surtout si tu aimes ce genre de romans ! Pour ma part, je suis fan. Et dans ce livre, Dublin est rendu de manière magistrale par l'auteur ! Et les personnages valent le détour...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai adoré ce roman, lu à sa sortie chez Phébus (http://www.myloubook.com/archive/2008/12/05/la-rose-l-epee-le-vilain-champignon.html). Je compte bientôt lire la dernière parution, il faut juste que je trouve un peu de temps... je me lancerai peut-être pendant mes vacances si j'ai assez de place pour l'emporter avec moi ! Par contre j'ai été un peu déçue par "Désir de Mort", un peu ennuyeux à mon avis. Bref c'est un régal cet auteur et heureusement Phébus (et José Corti dans une moindre mesure) le font revivre dans les librairies françaises...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com