• /

mardi 26 juin 2012

Lettre à mon Ravisseur - Lucy Christopher



A l'aéroport de Bangkok, Gemma - seize ans - est apostrophée par un jeune homme qui lui offre un café. Elle ignore encore que sa vie va prendre un tournant inattendu. Quelques minutes plus tard c'est droguée qu'elle quitte les lieux en compagnie de l'inconnu, brutalement arrachée à ses parents, à son existence d'ado et à tout ce qui faisait jusqu'alors son quotidien. Qui est son ravisseur ? Quelles sont ses motivations ? Que va-t-il arriver à cette jeune anglaise qui se réveille dans une chaleur suffocante à des milliers de kilomètres de chez elle, en plein désert australien ?

Au travers d'une lettre qu'elle adresse à son ravisseur, c'est avec des mots simples que Gemma raconte son histoire au lecteur. Une histoire incroyable qui commence par un curieux concours de circonstances et s'achève dans l'inconnu. Alors que rien ne la prédestinait à vivre une expérience aussi terrifiante, elle devient la proie de l'obsession de Ty, un homme blessé par la vie, persuadé d'avoir trouvé la rédemption à travers Gemma et un avenir qui n'est possible qu'auprès d'elle. En ouvrant les yeux au milieu du bush australien plusieurs heures après son enlèvement, Gemma est persuadée qu'elle vit ses dernières heures alors qu'elle est aux portes d'une expérience improbable en compagnie d'un parfait inconnu. En elle se disputent tour à tour la haine, la répulsion mais aussi la fascination face au comportement perturbé du jeune homme, sa violence et son regard sur le monde. Et dans l'isolement où elle croit devenir folle, Gemma commence petit à petit à entrevoir une autre réalité : celle de la terre, de ses dangers et de son aridité, la sauvagerie d'un pays qu'elle ne comprend pas, mais aussi sa beauté et ses mystères, l'incroyable puissance avec laquelle la nature reprend ses droits, l'omniprésence du silence si perturbant quand on a connu que le bruit et la fureur de la ville. Et puis il y a Ty, l'homme qui l'a enlevé pour la ramener ici, dans ce lieu perturbant où elle perd tout ses repères, où chaque buisson peut cacher un danger. Lui-même est un danger. Il oscille constamment entre la douceur et les explosions de colère, il est passionné par cette terre inhospitalière dont il lui fait découvrir les mystères comme les menaces et il lui ouvre la porte à des perceptions nouvelles. Au travers de Gemma, on découvre ce monde neuf avec ses yeux d'adolescente qui n'a connu de la vie que des joies brèves et des plaisirs faciles au sein de la capitale, et a vécu l'éloignement et le désintérêt de ses parents obnubilés par leur travail avec un certain malaise et un sentiment de culpabilité. Quand elle se rend compte qu'il n'y a aucune échappatoire, Gemma se laisse peu à peu gagner par la magie du bush, au risque d'oublier ses repères et son passé...

Le livre est vraiment intriguant, je me suis longtemps demandé où l'auteur voulait en venir. Parce qu'au-delà de l'enlèvement de Gemma et de sa relation avec Ty et son nouvel environnement, il y a tout une mise en perspective de son adolescence avec son mal être, ses excès et ses doutes. Les réflexions sur son passé, sa famille et son entourage donnent à penser que c'est à une adolescente paumée que l'on a affaire, et l'on redoute de voir les conséquences de cette expérience tragique la briser - à moins qu'elles renforcent sa volonté... Gemma a soif de liberté et refuse de se laisser attendrir par son ravisseur, elle ne rêve que d'une chose : s'enfuir et rejoindre son pays où l'attend peut-être une autre forme de prison, cette fois bien différente des grands espaces qui l'entourent, mais tout aussi redoutable...

En tout cas, l'histoire ne laissera personne indifférent, elle oppose deux personnalités très fortes qui se jaugent et s'affrontent jusqu'au dénouement. Le récit vous ballotte en tout sens, on ressent l'impuissance de Gemma comme celle de Ty, la colère qu'il lui inspire et la fascination qu'il exerce sur elle avec son choix de vie. Et ses efforts pour la gagner à sa cause se heurtent à la peur et à l'incompréhension de la jeune fille.

C'est poignant, rempli d'émotion et perturbant et on dévore les pages jusqu'au bout, pressé d'y trouver une fin à la hauteur des protagonistes et c'est là que l'auteur excelle... Vous l'aurez compris, Lettre à mon Ravisseur est un ouvrage à découvrir absolument et presque un coup de coeur pour moi !



Lettre à mon Ravisseur - Lucy Christopher - Editions Gallimard - Collection Scripto - 2010

7 commentaires:

  1. J'ai aussi lu ce livre et je l'ai trouvé vaiment super ! on plonge vraiment dans le desert de l'australie avec l'héroïne! c'est très réaliste et superbement bien écrit ! la fin est tout simplement somptueuse !

    RépondreSupprimer
  2. je ne connais pas mais çà donne envie d'en savoir plus !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai déjà lu des avis très positifs sur ce roman intriguant que j'ai déjà noté. Ce que tu en dis me fait penser au 1er roman de Douglas Kennedy (très différent de ce qu'il a fait après), et qui se passe aussi en Australie : "Cul-de-sac" . Décidément il ne fait pas bon traîner en Australie...

    RépondreSupprimer
  4. Cela fait plusieurs fois que j'entrevois des critiques sur ce livre sans jamais les lire... Et voilà que je me suis décidée. je trouve que déjà, le titre parle. Il est en lui-même perturbant, je trouve. Je suis partagée entre l'envie de découvrir la particularité de ce roman, et la crainte du sentiment qui peut s'en dégager, une certaine gêne peut être...

    RépondreSupprimer
  5. @Anonyme : C'est vrai que c'est une autre manière de voir l'Australie, et les scènes qui l'évoque sont à couper le souffle.
    @Aurore : Et ça vaut le coup !
    @Somaja : Suite à ton com, je me suis renseignée sur ce roman de Douglas Kennedy que je ne connaissais pas. Le résumé est alléchant ! Je vais essayer de le trouver !... Le récit ici n'est peut-être pas aussi sombre, mais il est incontestablement original et il nous montre des personnaegs très forts.
    @La Main Enchantée : Tu peux le découvrir sans crainte. On peut se sentir gêné ou légèrement mal à l'aise à la lecture qui évoque aussi ce fameux syndrome de Stockholm qui touche les victimes des ravisseurs, mais dans l'ensemble, c'est un très beau récit, fort et poignant à la fois, et je ne regrette rien !

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai noté il y a un moment. Ce genre de situation me rend toujours très curieuse.

    RépondreSupprimer
  7. Apparemment il est réédité sous un autre titre : "Piège nuptial" - j'aime moins. Si jamais tu ne le trouves pas je peux te le prêter, mais il faudra attendre fin août, ma belle-soeur vient de l'emprunté.

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com