• /

samedi 14 avril 2012

Journal d'un Vampire - L. J. Smith


Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante... et à lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan, mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ?

Oulàlà... Histoire d'apporter un peu de légèreté dans ce monde de brute, j'ai voulu renouer avec une histoire d'amour vampirique et je suis tombée sur du très lourd ! Journal d'un Vampire est une histoire navrante, un véritable nid à clichés qui m'a fait passer par la surprise, l'abattement, le rire nerveux et enfin l'interrogation : mais pourquoi une telle histoire a-t-elle convaincue autant de monde ?

Pourtant, dans ce genre de domaine, il y a matière à faire de belles découvertes. On trouve quelque fois des récits pas toujours originaux mais certainement bien mieux construits que celui-ci, avec une vraie intrigue et des personnages qui tiennent la route. Ici, je décernerais la palme au style d'écriture (ou à la traduction ?) mais les personnages ne sont pas en reste. Et que dire de l'intrigue rocambolesque ?

Elena Gilbert est une ado attirante, à qui tout réussi et qui possède une forte personnalité (traduisez : inbuvable et égoïste). Malheureusement, elle a perdu ses parents dans un accident et vit à présent avec sa tante (jeune femme à qui elle ne rend pas la vie facile, soit dit en passant...) Le récit débute le jour de la rentrée des classes. Elena, la reine du lycée, et ses copines aussi stéréotypées qu'elle, voient débarquer un séduisant inconnu en blouson de cuir et tee-shirt moulant. C'est Stefan Salvatore, nouveau venu à Fell's Church, qui cache un lourd secret. Il va déclencher une hystérie collective dès son arrivée et provoquer surtout un fabuleux coup de foudre chez Elena. Tant et si bien qu'elle se jure (mais quand je dis "se jure", c'est une promesse à la vie à la mort !) de le faire tomber dans ses filets, elle à qui rien ne résiste, la bombe qui cache un profond chagrin derrière sa carapace de miss ultra-populaire, et part se planquer dans les cimetierres quand elle part à la dérive (que tout cela est mélancolique !) 

Ce sera rapide : à la vue des cheveux blonds comme les blés d'Elena, de sa peau de pêche et de ses yeux bleus comme un ciel d'été, Stefan craque (il lutte quand même, mais après trois pages de dure introspection, il finit par cèder) et voilà nos amoureux avec des étoiles plein les yeux. Mais c'est sans compter sur la présence du frère démoniaque de Stefan - que l'auteur a choisi d'appeler Damon, comme c'est subtil - qui vient lui aussi d'arriver dans la région. Il va jeter son dévolu sur la jeune fille et tout faire pour évincer son jeune frère. Il faut dire qu'Elena est le portrait craché de leur ancien amour, Katherine, une femme qu'ils ont profondément aimé des siècles auparavant, et à cause de qui les deux frères sont un peu fâchés depuis. 

Stefan, comme tout héro romantique et sombre qui se respecte, cultive l'art de la culpabilité en pleurnichant continuellement sur son sort, alors que Damon, moins agaçant, est un parfait vilain tout de noir vêtu qui ne se complaît que dans le meurtre et le sarcasme et se transforme accessoirement en corbeau pour mater discrètement les jeunes filles dans leur chambre...

Ce que je ne comprends pas (mais je suis peut-être trop vieille pour ça, me direz-vous) c'est comment une créature puissante qui vit depuis des siècles peut tomber amoureuse d'une ado de 18 ans qui passe sa vie à ricaner avec ses copines dans les toilettes des filles ? Et puis surtout, qui aurait envie de retourner au lycée à sa place ?! Mais bref, passons. De toute façon, à ce point de l'histoire, j'avais déjà envie de me jeter par la fenêtre. Je me suis dit que l'intrigue allait peut-être s'étoffer et m'apporter un semblant de plaisir... Et puis non. 

Journal d'un Vampire est donc vraiment un roman sans consistance et sans surprise, bourré de clichés, de personnages sans relief - tels que l'ex-meilleure amie devenue une vraie peste ou le prof intransigeant qui prend plaisir à humilier ses élèves en cours - de dialogues mielleux, et de scènes inutiles qui vous donneront envie de vous taper la tête contre les murs. Même la saga Twilight ne m'a pas parue aussi navrante à l'époque. C'est tout dire. (au fait, je ne vous ai jamais parlé de Twilight ?...)

J'admets que si Elena n'avait pas été aussi tête à claque et Stefan aussi pâlot (dans tous les sens du terme) j'aurais peut-être pris un peu plus de plaisir à ma lecture. Mais donnez-moi une garce superficielle et un pseudo-vampire marqué par la fatalité, et j'ai juste envie de jeter le livre aux orties...

Je pense que je vais m'arrêter là et démarrer sur autre chose. Un conseil pour les amateurs du genre : passez votre chemin...


Journal d'un Vampire - Tome 1 - L. J. Smith - Editions Hachette - Collection Black Moon - 2009 (Ebook)


4 commentaires:

  1. "Ce que je ne comprends pas (mais je suis peut-être trop vieille pour ça, me direz-vous) c'est comment une créature puissante qui vit depuis des siècles peut tomber amoureuse d'une ado de 18 ans qui passe sa vie à ricaner avec ses copines dans les toilettes des filles ?"
    --> très bonne question. ça mérite une étude :D

    A pars ça, voilà bien un livre qui ne m'a jamais tenté et qui va continuer de ne pas me tenter d'ailleurs! Pour du léger, il y a quand même d'autres choix :)

    RépondreSupprimer
  2. Tu ne me donnes vraiment pas envie de le lire, celui-là !

    RépondreSupprimer
  3. Bon, que les choses soient claire, la mode des vampires gentils-sympas me saoule. Déjà j'avais trouvé Twilight désolant, même en anglais, car un vampire qui n'a mordu personne arrivé au tiers du livre, c'est nul. Une histoire de vampire, pour moi, il doit y avoir du sang et de la trouille. Au moins un minimum, enfin.

    Mais là, ce que tu en dis.. C'est une parodie nan? Ca me donne presque ( je dis bien presque), envie de le lire comme une vaste blague destinée à tourner en dérision Twilight :D ( dès fois, on essaye soit même de se convaincre histoire de garder sa santé mentale).
    Ce qui me rassure , c'est de me dire que j'aurais aussi trouvé ça désolant à 14 ans.

    RépondreSupprimer
  4. @Purple Velvet : Mais oui ! Qu'est-ce que c'est que cette mode pourrie où les vampires sont des anges qui mangent des petits écureuils et plus des humains ??!! Je suis comme toi devant tant d’imbécilité... Et bien non, ce livre n'est pas une parodie et c'est là que ça pique les yeux ! Par contre, pour tourner Twilight en dérision, il y a "Fifty Shades of Grey" qui est aussi lamentable que l'original. Quant à lire ça ado, franchement, il y a bien d'autres lectures à découvrir à l'adolescence, et franchement cette histoire-là ne m'aurait même pas fait rêver !...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com