• /

samedi 28 avril 2012

Ethan Frome - Edith Wharton




Puissant, poétique et dévastateur, ce sont les termes que j'emploirais pour décrire ce fabuleux roman d'Edith Wharton. Certains en parle comme d'une histoire terriblement triste qui pousserait presque à la dépression, alors que j'y ai vu une fabuleuse ode à l'amour et un portrait tracé de main de maître par un auteur au sommet de son art ! 

Mais quelle claque ! En à peine 150 pages, Edith Wharton - découverte avec son récit Eté - concentre dans cette histoire les émotions les plus violentes. Non-dits, rancoeurs, jalousies sommeillent au coeur du foyer Frome et semblent gagner en intensité et s'allier au climat glacial de la Nouvelle-Angleterre. Mais il y a aussi l'amour qui illumine la vie bien sombre des personnages et qui apporte une note de douceur au milieu des évènements funestes et des existences laborieuses. Sans parler de l'art que possède Edith wharton pour décrire l'immensité du ciel, l'aspect des champs enneigés au crépuscule et ces paysages solitaires de Nouvelle-Angleterre dont l'absolu isolement est ressenti si vivement en cet hiver tragique. C'est un roman très court qui parachute le lecteur au coeur d'une région dure et glaciale dont les décors à couper le souffle sont aussi âpres que les scènes qu'elle décrit. Mais c'est avant-tout une puissante peinture de la communauté rurale de l'époque avec ses contraintes et sa fierté, le dur labeur, les petites joies et les bonheurs furtifs qui viennent égayer la vie de tous les jours.

Edith Wharton nous introduit au coeur des rudes hivers de la Nouvelle-Angleterre où la vie est comme suspendue et qui pousse les gens à se murer chez eux en attendant les promesses du printemps. C'est durant cette période que le narrateur de l'histoire, de passage dans la petite ville de Starkfield pour son travail, observe et s'interroge sur la personnalité de l'un de ses habitants : Ethan Frome. Un homme étrange et discret, blessé par la vie, qui va pourtant le conduire un beau matin jusqu'à son lieu de travail au mépris des éléments. Et c'est l'occasion pour le narrateur de découvrir un pan de l'existence d'Ethan Frome, et les raisons pour lesquelles il semble perpétuellement étranger au reste du monde...

Son existence marquée par les désillusions et les regrets se déploie alors sous les yeux du lecteur : des jours semblables les uns aux autres aux côtés d'une épouse froide et hypocondriaque auprès de laquelle la sensibilité exacerbée d'Ethan Frome ne trouve aucune réponse. La pauvreté omniprésente malgré des journées à s'épuiser à la tâche. Une ferme dont il tire un maigre revenu aussitôt gaspillé par sa femme sans cesse en quête d'un nouveau remède destiné à guérir ses maux imaginaires. Et l'amertume de ne jamais avoir achevé ses études, de ne pas avoir exploité ce don de vouloir toujours en apprendre plus, de n'avoir jamais exploré la moitié des richesses que le monde offre, de s'être trop tôt réfugié auprès d'une femme qui se révèle au final égoïste et instable. Un homme curieux du monde, intelligent et sensible, coincé par ses obligations auprès d'une mère malade dans un premier temps, puis d'une épouse geignarde dans un second temps, au coeur d'un village isolé qui n'a rien à lui offrir si ce n'est une existence stérile. Un homme fauché en pleine jeunesse par un évènement digne des plus grandes tragédies jamais écrites...

Ethan Frome est incontestablement l'un des personnages de la littérature qui m'aura vraiment marquée. Un homme à qui rien ne sera épargné, humble sans jamais être soumis, conscient de ses responsabilités jusqu'au sacrifice, plaint mais jamais épaulé, fier et droit. Et lorsque la révolte gronde en lui, il est prêt d'y céder. Mais toujours, les contraintes de l'existence et le rappel de ses obligations le ramènent sur le chemin de la raison au mépris de ses désirs les plus profonds.

Dès les premières pages, le lecteur sait qu'il va lire une histoire terrible dont l'issue est forcément dramatique. Mais tout le talent de l'auteur est justement de maintenir l'intérêt de son lecteur au-delà de cette fin à laquelle il s'attend, et de livrer le déroulement des évènements avec une intensité jamais démentie. Tout se joue dans les détails d'un huit-clos funeste où les comportements et les personnalités sont admirablement décrites. Le récit respire les rancoeurs étouffées, la tristesse, la longue fuite des jours sombres aux aspirations gâchées, mais aussi les brusques moments de joie trop courte, les passions trop tôt étouffées et les rêves inachevés.

Ethan frome est une réussite à tous les niveaux et c'est forcément un coup de coeur pour moi ! 

Je n'ai plus qu'à découvrir le film de 1993 avec Liam Neeson !


Ethan Frome - Edith Wharton - Editions 10-18 - Collection Domaine Etranger - 1993


2 commentaires:

  1. Moi C'est chez les heureux du monde qui m'a fait la plus belle impression... Je note celui-ci. J'aime aussi ses nouvelles fantastiques... Vraiment, elle a une écriture magnifique...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com