• /

vendredi 2 septembre 2011

Autant en Emporte le Vent - Margaret Mitchell



(Cette couverture n'est pas la mienne... Disons que la mienne, c'était une jaquette que j'ai perdu avec le temps...)

Autant en emporte le Vent... (soupirs...) que dire qui n'a pas déjà été dit sur cette oeuvre somptueuse ? Pour ceux qui ne connaîtraient pas (si c'est encore possible !) cette saga se déroule sur fond de guerre de Sécession et c'est une découverte à faire absolument. C'est un prodigieux classique de la littérature et tout y est : les drames, les joies, l'amour, l'aventure, l'histoire, la folie, bref tous les thèmes les plus récurrents de la littérature sont exploités ici et soufflent sur cette histoire incroyable et passionnante. Tout y est passionné, démentiel, absolu, et malgré le poids (mes bras souffrent encore !) de ce pavé d'au moins 1400 pages, le récit se dévore littéralement, les pages se tournent sans effort et on brûle de connaître la suite des aventures d'un couple que le cinéma a élevé au rang de légende...


J'ai découvert ce livre à l'adolescence, il fait partie de ces oeuvres qui m'ont profondément marqué à un âge où les émotions sont les plus fortement ressenties (comme pour Les Hauts de Hurlevent, Rebecca ou encore Les Misérables...) mais j'en avais oublié pas mal d'épisodes, et je me suis replongée dedans près de vingt ans plus tard avec un plaisir mêlé d'excitation. Et quelle plongée !

Les premières lignes opposent le lecteur à un personnage clé, unanimement connu et détestable à souhait : Scarlett O'Hara, jeune fille du sud que l'on découvre adolescente, jeune, piquante, frivole et le point de mire du voisinage : les jeunes gens lui tournent autour, les dames quant à elles la regardent d'un mauvais oeil, mais peu importe, Scarlett est jolie, elle le sait, et elle se moque de ce que les gens pensent d'elle...


Ses premières années sont celles d'une jeune fille riche et gâtée qui a le monde à ses pieds et qui vit une existence légère au sein de la plantation familiale, parmi un père pour lequel elle éprouve une immense tendresse, une mère qu'elle vénère et ses deux chipies de soeurs. Et la transition va être brutale lorsque la guerre se profile puis vient s'abattre sur elle et sa famille avec son cortège d'épreuves et ses scènes d'horreurs insoutenables auxquelles Scarlett n'est pas préparée. Une guerre dont elle n'a que faire et qui va la priver de tout ce qui faisait sa vie, jusqu'à la ruine. Mais les moyens qu'elle met en oeuvre pour sortir de la précarité et s'enrichir de nouveau au mépris des convenances vont faire d'elle une femme implacable et proprement scandaleuse.

Oui, Scarlett est une figure complexe, égoïste et profiteuse, une jeune femme pleine de défauts et pourtant incroyablement attachante. Et lorsque chacun s'effondre devant les évènements de l'histoire et pleurniche sur les ruines du passé, tout la pousse à relever la tête et à tirer sa famille de la précarité avec un courage exemplaire, et c'est en cela que l'auteur excelle car elle en fait une héroïne hors norme dont le caractère à toute épreuve et la personnalité forte et franche ne s'embarrassent pas de faiblesse. Aux jérémiades, à l'accablement et aux mauvais coups du sort, elle oppose la dureté et la bravoure de Scarlett O'Hara. La jeune femme ne se laisse pas dicter sa conduite et mène sa vie comme elle l'entend pour restituer à son domaine et à son existence le faste d'antan.


Mais Scarlett possède une personnalité tellement différente de celles des autres jeunes filles qui l'entourent qu'elle va attirer l'attention d'un sacré prédateur : Rhett Butler, un fieffé coquin qui s'enrichit quand d'autres partent à la guerre et tourne en ridicule les idées nationalistes et le patriotisme de ses contemporains. Ils sont tellement semblables avec leur mépris des convenances, leur langue acérée et leur égoïsme implacable, et pourtant... Scarlett se refuse à Rhett. Elle lui préfère le doux et tendre Ashley avec lequel elle a grandi, mais qui épouse sa cousine Mélanie au final...


Au-delà des histoires d'amour, de sacrifices et de passion dévorante, c'est un grand pan de l'histoire du sud des Etats-Unis que l'auteur nous permet de découvrir, et là encore, j'ai adoré. Tout y est restitué de manière à plonger le lecteur dans une guerre dont peu entrevoient l'échec. Les batailles sont racontées du point de vue des citoyens - au travers de lettres, de rumeurs -  mais j'ai eu l'impression d'assister aux conflits et aux innombrables retraites ponctuées par le froid, la faim, les doutes des soldats confédérés dont les espoirs de victoire disparaissent peu à peu au fil des mois. Et puis viennent ensuite la reconstruction, l'invasion des vainqueurs, les haines et les suspicions...


Même après tant d'années, ce livre a conservé la même résonance, le même pouvoir de suggestion que lorsque je l'avais découvert pour la première fois à l'adolescence. C'est une fresque historique magistrale que l'on referme avec une frustration terrible, des noeuds au ventre et des larmes plein les yeux. C'est un concentré d'émotions pures, de colère, d'amour passionnel, de déception mais aussi de combats menés hauts la main par une femme définitivement loin des critères de l'époque, marginale et fière. Et que dire des personnages secondaires, ma préférence allant sans conteste à Mélanie dont le courage et l'abnégation ne font jamais défaut. 


Bref, vous l'aurez compris, Autant en Emporte le Vent c'est un de mes livres préférés, un de ceux que je relirai toujours avec le même plaisir et que j'aurai toujours autant de joie à faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas encore. 


Merci à Manu d'avoir pris l'initiative d'en faire une lecture commune qui m'a permis de me replonger dans ce récit après tant d'années !




Autant en Emporte le Vent - Margarett Mitchell - Editions France Loisirs - 199...


11 commentaires:

  1. Pas facile de se replonger dans une lecture qui nous a plu à l'adolescence... j'aurai trop peur d'être déçue :)

    RépondreSupprimer
  2. Comme je te comprends ! Je ne sais plus combien de fois je l'ai lu.

    RépondreSupprimer
  3. Rhett ? un prédateur ???? Au début peut-être, mais il me semble qu'il est vraiment tombé amoureux de Scarlett (là c'est mon moi midinette qui parle !). Seulement vois-tu c'est un mââââle et il ne veut pas avoir l'air de .... Au fil de l'histoire j'ai eu le sentiment qu'il n'aurait demandé qu'à devenir un bon gros nounours attentif, ronronnant auprès de sa Scarlett énamourée....si, si, je t'assure, il est comme ça Rhett !

    RépondreSupprimer
  4. @Yuko : Ce serait dur d'être déçue à une telle lecture (ou relecture !) C'est le genre de bouquin qui ne perd pas son charme !
    @Syl : Ça me donne envie de revoir le film (encore une fois !)
    @Somaja : "Prédateur" c'est peut-être un peu fort, effectivement, encore que Rhett soit loin d'être un tendre. C'est vrai qu'on a toujours du mal à comprendre pourquoi Scarlett refuse de voir l'amour là où il se trouve (sous son nez !...)

    RépondreSupprimer
  5. Quel beau billet. On sent au travers de tous les billets que c'est un roman avec lequel chacun a vraiment une histoire !

    Ton blog est vraiment beau comme ça !

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ton billet et je suis d'accord avec tout! Pour ma part, c'est Mammy que j'aime énormément!

    RépondreSupprimer
  7. Magnifique billet ! Très complet et qui, je l'espère, provoquera de nombreuses envies de découvrir ce roman ! Comme toi, j'avais commencé à lire ce roman à l'adolescence, sans l'avoir jamais terminé pour cause d'exemplaire égaré (en tous cas, mystérieusement disparu). Cette lecture commune m'a permis de combler cette lacune ! Bon week-end à toi !

    RépondreSupprimer
  8. @Manu : c'est exactement ça ! Le genre de bouquin qui te marque définitivement et qui te fais ressentir toutes sortes de choses ! Merci pour la déco !
    @Karine:) On a tous nos personnages préférés ! En plus de Melanie, je dois dire que j'ai un petit penchant pour Ashley qui personnifie bien le gentleman du sud, et qui serait tout désoeuvré après la guerre...
    @Virginie : J'espère aussi ! Tu as au moins pu découvrir la fin, ça c'est bien après tant d'années !...

    RépondreSupprimer
  9. Très beau billet! On sent combien tu aimes le livre.
    L'auteur réalise le tour de force de rendre Scarlett attachante au final alors que dès les premières pages on la découvre détestable. C'est une battante, elle ne lâche rien et ne baisse jamais les bras.
    Comme toi, j'ai refermé le livre avec les larmes aux yeux pour Mélanie et un sentiment de frustration pour la fin.
    C'est un livre que je relirai sûrement dans quelques années.

    RépondreSupprimer
  10. Quel enthousiasme qui fait plaisir! Difficile de ne pas aimer ce roman. Quel souffle! Quelle magie dans ce récit! C'est ce genre de livres qui m'a fait aimé la lecture plus que tout, même si le film est très réussi!

    RépondreSupprimer
  11. J'ai commandé les trois tomes d'occasion. Ils sentent bons, le grenier, le livre qui a du vécut. Je connais l'histoire, j'ai le film mais dès que je finit mon livre actuel je m'attaque au romans!!
    Bel article en tout cas qui me donne envie d’accélérer ma lecture !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com