• /

lundi 18 juillet 2011

Sucre d'Orge - Tennessee Williams



Sitôt reçu, sitôt dévoré ! Il faut dire que les dernières pièces que j'ai lu de cet auteur m'ont enchantée. Ce livre m'a bouleversé tout autant, si ce n'est plus, grâce aux remarquables talents de conteur de Tennessee Williams, que je ne connaissais qu'à travers ses pièces.

Sucre d'Orge est un recueil de 9 nouvelles datant de 1954, et qui toutes évoquent le mal être, l'indolence, la culpabilité ou l'isolement. De New York à la Louisiane en passant par le Mexique ou la Californie, la plume de Tennessee Williams est tour à tour poétique, lumineuse ou pleine d'humour, même lorsqu'elle puise dans la perversité et lève le voile sur les troubles qui agitent ses personnages.

Certaines histoires sont proprement scandaleuses (ou du moins devaient paraître comme telles à l'époque) mais sous leur souffle décadent on en retire toujours une musicalité que révèlent la beauté de son style et la virtuosité de l'auteur. Il met les âmes à nu, il confronte les personnages à leurs peurs, leur dégoût des autres et d'eux-même, leur culpabilité et leurs vices les plus profonds. Au fil des pages, ce sont des paumés, des lésés de la vie, des caractères souvent faibles et vulnérables dont la solitude est le point commun, que nous croisons et regardons s'enfoncer sans possibilité de rédemption. 

Ce climat a bercé bien des réussites et des échecs; il a tout recouvert, il a absorbé les blessures et les plaisirs sans se donner la peine de faire un choix. Car il n'est rien de plus cavalier que ce grand cheval bleu qu'est le climat de la Californie du Sud qui se balance dans le ciel, tout son harnachement dehors. Son plumet, ce sont d'immenses traînes bleues que le ciel est incapable de retenir et qu'il laisse aller à la dérive, impuissant et fasciné...


Il évoque souvent l'homosexualité comme une sorte de honte subie dans l'ombre, et la solitude qui en résulte comme une punition. L'amour que partagent certains des couples dont il nous dépeint l'existence instable tient plus de l'appropriation que du partage, et la notion de tendresse est souvent exclue de ses récits pour ne nous livrer qu'une version violente ou dérangeante de la vie de ces amants. 

Le Matelas reste l'une des nouvelles les plus optimistes de ce recueil, avec le personnage d'Olga qui, malgré le poids des années, reste une femme apparemment magnifique dont l'indolence sous le soleil de Californie et la soif d'amour fascinent l'auteur. Bill et Cora est un bijou d'humour dont la mélancolie n'est pas exclue et l'enfance est elle aussi représentée avec Les Jeux de l'Eté ou encore La Ressemblance entre une Boîte à Violon et un Cercueil...   

Vous l'aurez compris, je suis décidément sous le charme de ce très grand auteur, et je ne compte pas en rester là !

J'inclus ce recueil dans le challenge de Sabbio, même s'il n'était pas prévu dans ma liste de départ...


Sucre d'Orge - Tennessee Williams- Editions Robert Laffont - 1964



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com