• /

vendredi 10 juin 2011

Arlington Park - Rachel Cusk


"Les femmes d'Arlington Park, une banlieue résidentielle en Angleterre, ont tout pour être heureuses. En apparence. Car derrière ces vies tirées au cordeau, frustrations, jalousies et déceptions règnent sans partage. Juliet, Maisie, Amanda, Solly, chacune a le sentiment d'être passée à côté de sa vie et tente de se révolter contre la banalité, de résister au passage du temps qui émousse le désir, fane la beauté et affaiblit les êtres. Ce roman raconte leur quotidien pendant vingt-quatre heures."



C'est Antigone qui m'a donné envie de lire ce livre grâce à son billet plus qu'enthousiaste. Je dois dire que j'ai particulièrement apprécié le style de Rachel Cusk. Loin d'être un coup de coeur, la découverte de cet auteur anglais m'a tout de même procuré beaucoup de plaisir malgré le sujet abordé...

Les épouses et mères de famille d'Arlington Park mettent leurs âmes à nu l'espace d'une journée. Quoique la plupart d'entre elles aient réussi et soient confortablement installées dans la vie, la vérité est tout autre. Les nombreuses maternités, une vie professionnelle banale ou tout bonnement inexistante et des désirs souvent étouffés nous révèlent des personnalités à mille lieues de ce qu'on pourrait imaginer derrière ces façades prospèrent. Juliet n'est épanouie que lorsqu'elle rejoint son club de lecture chaque vendredi soir. Maisie regrette d'avoir quitté Londres et de s'être volontairement enterrée dans cette petite banlieue résidentielle. Solly accueille de jeunes étrangères chez elle et entrevoit d'autres vies plus palpitantes que la sienne... Toutes sont marquées par l'amertume d'une vie consacrée aux autres. Le renoncement est palpable chez chacune d'entre elles, et lorsque le passé refait surface et apporte son lot de nostalgie elles deviennent blasées, se sentent invisibles et aspirent à d'autres choix.   


Arlington Park est un récit assez féministe au style surprenant, parfois même poétique quand l'auteur évoque cette pluie qui s'abat sans discontinuer sur la ville, et qui rythme les heures de cette journée tournée vers l'introspection et l'amertume. On tourne les pages de ces existences remplies par la routine et les corvées, marquées par le passage du temps et la répétition des jours gris qui apportent chaque matin leur lot de désillusion et de vacuité. 

Définitivement hors norme et déstabilisant, c'est un roman qui peut prêter à sourire, et c'est quelque part un peu agaçant d'être confronté à ce revers de la médaille : la vie de ces femmes qu'elles jugent sans consistance, mais à qui tout semble sourire, et qui restent malgré tout désoeuvrées et avides d'autre chose. J'ai quant à moi apprécié cette brève incursion à Arlington Park, au milieu de toutes ces personnalités insatisfaites qui toutes ont quelque chose qui les rapproche et à qui, parfois, on pourrait presque s'identifier...  

Arlington Park - Rachel Cusk - Editions Points - 2008



3 commentaires:

  1. Tu sembles un peu déçue... plus par le thème que par l'écriture !

    RépondreSupprimer
  2. @Antigone : Plus par le thème, vraiment ! L'écriture est originale et j'aime son style. Mais ce récit est définitivement trop négatif pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai beaucoup aimé. C'est vrai, tu as raison, c'est parfois très poétique...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com