• /

mardi 17 mai 2011

L'Amant - Marguerite Duras


Récit autobiographique porté par une plume incomparable, L'Amant est une histoire puissante qui mêle des scènes de la vie de Marguerite Duras à différentes époques, rapporte les tourments d'une enfance malmenée et célèbre l'amour et la jeunesse.

C'est difficile de parler objectivement de ce roman autobiographique tant les scènes s'entremêlent au gré des souvenirs de l'auteur, sans respect de la chronologie ni véritables repères pour le lecteur. Mais j'ai aimé sa plume particulière, elle s'approprie les mots et nous familiarise peu à peu avec un style que j'ai trouvé parfois brillant, parfois singulier mais toujours surprenant.

L'Amant évoque plus particulièrement l'adolescence de l'auteur à une époque où elle et sa famille - qui se compose de sa mère et de ses deux frères - vivent en Indochine, au bord du Mékong. Ce pays magnifique que l'écriture de Duras célèbre à chaque page va devenir le décor d'une liaison passionnée entre la jeune fille et un homme très riche qui est de retour de France - un chinois. Le regard que l'entourage porte sur ce couple est cruel. Européens et Asiatiques n'ont rien à faire ensemble, et la famille du jeune homme ne conçoit pas un mariage entre eux. Leur relation est vouée à disparaître et leurs existences à se séparer comme les multiples bras de ce fleuve sur lequel ils se sont rencontrés pour la première fois. Le jeune homme a beau avoir un avenir prometteur, la famille de la narratrice le méprise à cause de ses origines et refuse d'envisager un quelconque rapprochement. Ses frères ne le tolèrent qu'à cause de son argent dont ils profitent chaque fois qu'ils le peuvent. 

Marguerite Duras distille ses souvenirs au gré d'un récit où s'entremêlent de vibrantes scènes d'amour dans les quartiers animés de Cholen, où elle revient sur l'atmosphère plus pudique du pensionnat où elle étudie et ses relations avec ses amies, où se dessinent un fossé entre elle et son entourage, creusé par l'incompréhension, la différence et le mépris. Mais elle évoque aussi la dureté des liens familiaux, les conflits constants et ses rêves d'espoir qui la ramèneront en Europe où elle souhaite pouvoir se livrer à sa passion : l'écriture. Emplis de la moiteur des ébats et d'une atmosphère exotique dans laquelle l'auteur nous plonge totalement grâce à son puissant pouvoir évocateur, L'Amant permet à Marguerite Duras de renouer avec une enfance bouleversée par la pauvreté, et de restituer les grands traits de cette première passion dont son adolescence a été marquée.

C'est une lecture percutante et déconcertante qui bouscule les normes littéraires, mais qui vous entraîne d'une époque à une autre au gré des mots de l'auteur, des mots qui bercent, brûlent et enivrent, dans un style presque aussi fascinant que le pays qu'ils évoquent.

Dans ma PAL, j'ai toujours Un Barrage contre le Pacifique du même auteur, que je ne me sentais pas prête à lire et qui ne m'attirait pas plus que ça. Mais grâce à cette oeuvre, j'ai maintenant envie de me plonger dans un autre de ses récits. 

L'Amant - Marguerite Duras - Editions France Loisirs



6 commentaires:

  1. Je ne suis pas une grande fan de Duras mais j'avais aimé l'évocation de l'Indochine et de cette famille si particulière où les liens sont violents et parfois très ambigus.
    J'ai aussi Un barrage contre la Pacifique dans ma Pal depuis des années, peut-être l'occasion d'une lecture commune un de ces jours ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir, C'est le seul livre que j'ai lu de Duras et je l'avais aimé. A++

    RépondreSupprimer
  3. Je suis contente que tu aies aimé ce livre. Pour ma part, j'aime beaucoup ce qu'a écrit cette romancière.

    RépondreSupprimer
  4. @Syl : Pour l'instant, c'est pareil pour moi, à voir avec le reste de ses oeuvres !
    @Mango : Je vais continuer l'expérience avec "Un barrage contre le Pacifique" en espérant apprécier l'autant que celui-là...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu Un barrage contre le Pacifique, que j'ai moyennement aimé. C'est un grand livre, par une grande auteur, mais je n'ai pas accroché à l'atmosphère et à son style. Malheureusement, L'amant lui ressemble comme deux gouttes d'eau. Certains passages reviennent dans les deux livres, si bien que je n'ai pas réussi à le lire, et je me suis arrêtée au milieu.

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com