• /

mardi 3 mai 2011

La Servante Insoumise - Jane Harris



Ecosse, 1863.Fuyant une mère indigne et un passé sordide, la toute jeune Bessy Buckley trouve dans un manoir aussi isolé que délabré, une place de servante auprès de la ravissante Lady Arabella Reid, jeune femme hypersensible - obsédée par la mort de Nora, son ancienne employée - et excentrique : elle demande à Bessy de noter dans un carnet ses pensées les plus intimes. Tandis que ces deux êtres esseulés vont nouer une relation tendre et complexe, Bessy découvre les sombres secrets d'Arabella, qui perd peu à peu la tête.Dès lors les rôles s'inversent. La jeune fille devient la mère qui veille sur sa maîtresse comme sur une enfant fragile. Décrivant tour à tour les bas-fonds des grandes villes et les mœurs étriquées ou débauchées des notables écossais, dans un style alerte et avec une gouaille inimitable, cette Zazie au grand cœur nous livre un petit chef-d'œuvre d'humour et de suspense.


Après en avoir lu et entendu beaucoup de bien, j'ai eu envie de me procurer ce premier roman de Jane Harris qui paraissait rassembler une partie des ingrédients de ces récits à l'ambiance toute victorienne qui me plaisent tant. Une excellente acquisition parce que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et le récit de Bessy et de sa vie de servante au manoir, raconté avec franchise et naïveté, a été un vrai plaisir du début à la fin.

Les premières pages s'ouvrent donc sur Bessy, jeune irlandaise et narratrice des évènements qui surviennent, désoeuvrée, seule et ne possèdant en tout et pour tout que les vêtements qu'elle porte. Qui est-elle, d'où vient-elle ? On l'ignore et les quelques détails de son passé qu'elle relate bien à contre-coeur nous permettent seulement d'imaginer le calvaire qui fut le sien dans le passé, auprès d'une mère immorale qui l'a poussé à accepter la pire des situations. Elle erre sur les routes d'Ecosse à la recherche d'un emploi et tombe sur le manoir de Castle Haivers où Lady Reid la prend à son service.  

Les choses semblent s'améliorer pour elle puisqu'elle trouve cette place de domestique, et bien que le domaine semble un peu à l'abandon dans cette région désolée de l'Ecosse où les puits miniers prolifèrent, sa nouvelle condition lui convient. D'ailleurs, sa "maîtresse", comme elle se plaît à l'appeler, lui montre beaucoup de sympathie et n'hésite pas à lui fournir tout ce qui lui manque. Pourtant, très vite, la jeune fille va se rendre compte que Lady Reid est une personne étrange, instable, lunatique, certains jours adorable et portée aux confidences, d'autres jours exécrable, la soumettant à ses lubies, l'obligeant à exécuter toutes sortes de tâches qui n'ont pas le moindre sens. Son comportement va devenir de plus en plus obscur et incompréhensible à Bessy. Arabella est de plus, obsédée par sa précédente servante, Nora, dont le décès semble toujours la bouleverser. Malgré tout, la jeune servante se plie à toutes les exigences de sa maîtresse, sans en comprendre réellement les motifs, allant jusqu'à rédiger un journal sur la demande de celle-ci afin d'y consigner ses pensées et ses activités de la journée.

Bessy déroule le fil de sa vie depuis sa rencontre avec Lady Reid au manoir de Castle Haivers. Elle parle de son emploi de servante sur le domaine et de l'incroyable tendresse qui va la lier jusqu'au bout à Arabella Reid, malgré la personnalité inquiétante de celle-ci. Peu à peu, elle lève le voile sur son propre passé et révèle les mystères qui entourent la mort prématurée de Nora, servante avant elle au domaine de Castle Haivers. Les personnages rencontrés sur les terres du domaine, dans les ruelles de la ville proche et au fond des gargotes où s'attroupent les mineurs, apportent une touche très colorée. Les caractères les plus divers se croisent autour d'une Bessy de plus en plus curieuse de connaître les évènements qui ont eu lieu avant son arrivée.


Au fil des révélations, j'ai trouvé Bessy de plus en plus sympathique, douée d'un courage exemplaire et d'une immense force de caractère, malgré les épreuves endurées. Son langage est un peu choquant au départ, mais on s'habitue très vite à sa gouaille et à son franc-parler, d'autant plus qu'elle est pleine de bonne volonté et incroyablement naïve. Loin d'être la fille simple et butée qu'elle semble être au premier abord, Bessy se révèle posséder une personnalité bien plus subtile, elle cerne les gens rapidement et n'hésite pas à utiliser un jargon populaire et imagé pour dérouter son entourage. Sa manière de décrire les gens qui l'entourent est absolument hilarante et pleine de justesse. 

Premier roman de cet auteur irlandaise, La Servante Insoumise nous plonge dès le départ dans une ambiance sombre, quelquefois glauque, où la folie côtoie toutes les formes de vices sous les apparences les plus banales. Un grand roman dont l'amitié est le point d'orgue et que je suis ravie d'avoir découvert !


La Servante Insoumise - Jane Harris - Editions Seuil - Collection Point - 2009


  
                                                                                              

6 commentaires:

  1. Je l'avais noté chez Céline et le lirai dans le courant de l'année...

    RépondreSupprimer
  2. @Syl : Tu verras, c'est passionnant ! J'ai adoré le personnage central !

    RépondreSupprimer
  3. Oh oh ! Je note, ça peut me plaire !

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que tu donnes vraiment envie... Pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  5. @Miss Alfie et Antigone : si vous aimez ce style de roman, vous ne serez pas déçues ! Le style est un peu particulier mais j'ai beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai lu l'été dernier et j'avais adoré moi aussi! Tu me rappelles un bon souvenir!

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com