• /

dimanche 17 avril 2011

L'Invitation à la Valse - Rosamond Lehmann





La relecture aujourd'hui de l'Invitation à la Valse, outre la parenté de son auteur avec le Valéry Larbaud d'Enfantines qu'elle explique, révèle assez bien le parfum de scandale qui entoura Rosamond Lehmann dans les lettres anglaises. Car l'érotisme voilé de ce roman - qui ne déparerait pas une oeuvre de Nabokov - emporte le lecteur dans un tourbillon d'humour et de sensualité qui ne finira jamais de tourner aussi longtemps qu'il y aura des jeunes filles en fleurs et qu'on se souciera de ce sentiment bien mystérieux et souvent pervers qu'on appelle l'amour.


C'est effrayant de voir à quel point j'ai pris goût aux récits de Rosamond Lehmann ! Et surtout à son style ! Poussière était plus tourné vers l'introspection. L'invitation à la Valse est un récit bien plus léger, malgré certains thèmes abordés, et il se lit encore plus facilement que le précédent.

On découvre au fil des pages, l'existence des filles Curtis - Olivia et Kate - qui sont toutes deux adolescentes. Kate doit prochainement quitter sa famille pour se rendre à Paris, et Olivia, d'un caractère plus enjoué que sa soeur, portée sur la nature et les plaisirs simples, est une petite personne pleine de naïveté et de candeur. Son avenir à elle-aussi la tourmente parfois, elle hésite sur les choix à faire et les directions à emprunter. Mais sa passion, c'est la lecture et l'écriture - alors comment ne pas l'aimer et s'identifier complètement à la brune Olivia ? 


Les Curtis vivent dans le village de Little Compton, et sont les descendants des fondateurs des papeteries de Tulverton, la ville voisine. Mais leur train de vie a considérablement diminué depuis la guerre, comme en témoignent les conversations des deux soeurs et les allusions voilées sur les destins de certaines de leurs connaissances. On sent que les conflits ont brisé bien des hommes du village, et que les familles se reconstruisent lentement après les décès et les privations.


Pourtant, la première partie du livre s'ouvre sur l'anniversaire d'Olivia, un moment familial et privilégié extrêmement léger et plein d'espérance pour la jeune fille qui parvient au seuil de l'âge adulte. Comme Olivia et sa soeur Kate, on porte nos regards vers le premier bal auquel elles sont invitées et qui va marquer leur entrée dans le monde. Une invitation lancée par les Spencer, riche famille des environs, et dont les promesses de danses, d'amusements et de flirts occupent toutes leurs pensées. C'est pour elles l'occasion d'échafauder déjà toutes sortes de plans, de se questionner sur leurs futurs partenaires et espérer faire sensation dans leurs robes de bal ! En ce jour d'anniversaire, Olivia reçoit le tissu écarlate dont on va faire sa robe...


Dès le début du livre on flotte sur des notes légères car l'auteur se place du point de vue d'Olivia. Ses rêves et ses espoirs embellissent chaque chose, elle qui voue une adoration sans borne à la nature dont les témoignages lumineux et exubérants rappellent la jeunesse de notre héroïne. Les rencontres fortuites avec quelques habitants du village que j'aurais aimé mieux connaître, mais sur lesquels l'auteur ne s'attarde pas, nous dévoilent de nouveaux aspects de la personnalité d'Olivia, sa gentillesse, sa bonté et sa complaisance.


La seconde partie du livre, c'est ce fameux bal qui va d'ailleurs occuper la majeur partie du récit, et auquel se rendent Kate et Olivia en compagnie d'un cousin éloigné qui a été appelé pour les accompagner. Les relations se nouent et se dénouent durant cette soirée, les espoirs naissent et meurent rapidement, et les angoisses et les mortifications ressenties disparaissent aussi vite que renaissent les plaisirs et les amusements. C'est un tourbillon d'émotions qui entraînent Kate et Olivia confrontées pour la première fois à une société turbulente, mondaine et raffinée, bien éloignée de leur cercle familial. C'est aussi l'instant marquant de leurs jeunes vies où les espoirs se réalisent, où la réalité prend le pas sur les rêveries et les incertitudes, où Olivia fait face aux conséquences marquantes d'une guerre pas si lointaine dont elle a elle-même si peu souffert, où les sentiments des uns et des autres viennent bouleverser son regard sur les choses. C'est un tournant dans l'existence qui va voir naître les doutes et les angoisses d'une adolescente ordinaire, mais marquer aussi le passage à l'âge adulte et l'éveil des sentiments. 


La galerie de portraits offerte par Rosamond Lehmann est riche, chaque personnalité est évoquée avec justesse, les tares, les défauts, l'hypocrisie et la médisance tout autant que la bonté et la simplicité, et personne n'est épargné. Entre la richesse des lieux, l'exubérance des danseurs et la magnificence des costumes se glisse parfois comme un rappel au passé, une ombre qui plane sur les sourires et les réjouissances.


C'est une histoire emprunte de générosité, un récit initiatique encore une fois merveilleusement bien écrit relevé par une touche d'humour présente tout au long des pages et qui ne manque pas de piquant. Malgré le côté désuet de certaines choses, on ne peut que s'identifier à Olivia dont les peurs et les questionnements ne sont pas éloignés de ceux ressentis par chaque jeune fille à différentes époques de leur vie. J'ai hâte de la retrouver à l'âge adulte grâce à la suite : Intempéries, et de mesurer le chemin parcouru !


En somme, un plaisir de lecture du début à la fin, avec toutefois quelques questions sans réponses dont j'espère trouver la clé dans Intempéries.


L'Invitation à la Valse - Rosamond Lehmann - Le Livre de Poche - 1955








6 commentaires:

  1. Tu as vraiment cette vieille édition ? Cela doit ajouter un certain charme à cette lecture. Je vais la noter car j'aimerais bien découvrir ces deux demoiselles et le côté désuet de l'écrit...

    RépondreSupprimer
  2. @Syl : Mais oui ! Je suis la championne toute catégorie des vieilles éditions de poche (ça coûte moins cher, et en plus, j'adore les vieilles couvertures !...) Si ça t'intéresse, je peux t'envoyer "Poussière" et "l'invitation à la valse", tu ne seras pas déçue ! Tiens-moi au courant ! Biz et bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  3. Ah, tu donnes vraiment vraiment envie de le lire, ce roman! Il me fait encore plus envie que Poussière, je pense.

    RépondreSupprimer
  4. @Karine : Il est beaucoup plus petit que "Poussière" et sûrement plus léger et facile à lire. Je l'ai trouvé vraiment agréable à lire, le style de cet auteur est juste délicieux ! Les personnages sont attachants (surtout Olivia !) Franchement, je ne peux que te le conseiller !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai Poussière dans ma PAL. J'aimerais tant avoir plus de temps. Tu me donnes très envie de lire cette romancière.

    RépondreSupprimer
  6. @Manu : Je suis définitivement accro à Rosamond Lehmann ! Je viens d'acheter "Intempéries" (la suite) et j'ai déjà hâte de ma plonger dedans ! Mais si "Poussière" est dans ta PAL, prend le temps de le lire un de ces jours, je suis sûre que tu ne le regrettera pas ! C'est un ouvrage plein d'émotion et de sensibilité avec un style inimitable !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com