• /

vendredi 8 avril 2011

La Roulotte poursuit sa route !...


La roulotte est de retour par chez moi ! J'ai donc le le privilège de prendre la suite de Cécile (pour un chapitre plus court que les précédents, un genre de petit interlude entre deux scènes d'action si j'ose dire, par manque de temps et d'inspiration, malheureusement !...) et j'espère ne pas en décevoir certaines... Je dois utiliser les mots : amour, joie, jalousie, meurtre, bébé.


La forteresse était incroyablement silencieuse dans le crépuscule, et pas une lumière ne brillait aux fenêtres... ou plutôt si... une seule, une minuscule bougie témoignait de la présence d'une personne toujours éveillée, au sommet de la tour.

Anne brossait lentement ses cheveux devant la fenêtre de sa chambre, sans même prêter attention aux fabuleuses couleurs du couchant, toute entière absorbée par ses pensées. Elle avait congédié ses servantes un peu plus tôt dans la soirée, et tous les membres de la domesticité qui aurait pu troubler sa solitude, n'acceptant qu'un seul garde aux portes de son repère... Et elle réfléchissait - le temps ne manquait pas pour ça au château - aux évènements récents, et à ceux qui devaient fatalement se produire au même instant, si loin de l'endroit où elle se trouvait...

Et tout semblait admirablement tourner en sa faveur...

D'après les rapports quotidiens qu'elle recevait par l'entremise de ses messagers ailés, et surtout grâce à la magie du puissant miroir enchanté qui trônait dans un coin de la pièce, aucunes des péripéties vécues par la joyeuse bandes de lurons n'avaient pu lui échapper jusqu'à maintenant. Les rencontres avec les peuples étrangers, les rapprochements amicaux et amoureux des uns et des autres, elle avait assisté à tout avec le plus parfait mépris, tout en sentant une joie sans cesse grandissante naître enfin en elle.

Au prix de mille sacrifices que chacun ignorait dans son entourage, de centaines de courbettes face à des gens qu'elle exécrait au plus haut point, de ruses, d'hypocrisie et de mensonges qu'elle dispersait allègrement autour d'elle depuis sa plus tendre enfance, Anne était enfin parvenue à berner les membres de la famille royale, à leur faire croire à une quelconque parenté imaginaire, et à se faire accepter dans leur entourage. Séduire Dominique à force de sourires et de soupirs n'avait pas été une mince affaire étant donné que sa seule vue la révoltait - toute comme celle du vieil Aaron et de cet imbécile de Gaston si dévoué qu'il en était collant - mais elle était parvenue à ses fins à force de persuasion et de subterfuges, et les portes de la royauté lui était enfin ouvertes. Ces crétins l'avait même laissé seule dans le bastion de leurs forces armées, uniquement entourée de jeunes filles naïves et stupides pour prendre soin d'elle, et de quelques gardes occupés à boire la majeur partie de la journée - ce qu'elle ne les décourageait nullement à faire... puisque sa propre garde ne tarderait plus à arriver maintenant...


Anne interrompit le flot de ses pensées, déposa la brosse sur une petite table et observa son visage dans le miroir. Elle commençait à changer... Il était temps de se nourrir... Son inconscient revint malgré tout à son unique préoccupation.

Son plan se déroulait à la perfection, et pendant que leur précieuse Rose était occupée à surmonter les épreuves liées à sa transformation - et à fricoter avec les hommes qui béaient d'admiration devant elle au passage (elle avait bien caché son jeu jusque-là !) - , Anne s'acharnait à répandre la calomnie et l'esprit de révolte à la cour, effrayant les plus âgés et excitant les plus jeunes... Cathy-Rose, à son retour, allait non seulement retrouver les miettes d'un peuple apeuré et belliqueux, mais une nouvelle reine au pouvoir parfaitement prête à reprendre les rênes, comme sa mère le lui avait enseigné alors qu'elle était encore en vie, et que les parents de Cathy reposaient déjà six pieds sous terre. Il avait été dur de supprimer les deux à la fois, mais plus dur, ensuite, de convaincre les uns et les autres de l'absurdité de conserver Cathy dans leur monde, auprès des "siens". Le destin de la jeune fille était donc tout tracé, une vie médiocre l'attendait pendant qu'Anne occupait les fonctions qui feraient d'elle, un jour, la souveraine absolue des Lepidopteranus.

Malheureusement, elle avait échoué : Dominique, pris de curiosité un soir, s'était aventuré jusque chez Cathy et avait ainsi ruiné tous ses plans. 


Qu'à cela ne tienne ! Elle s'escrimait à présent à rétablir l'ordre des choses, et Anne ne doutait pas un seul instant de parvenir à faire payer son cher Dominique pour cette trahison. Après tout, il était obligé de l'épouser dès son retour, et elle allait lui concocter une vie entière de regrets... Quant aux Arachnéens, ces imbéciles qui avaient cru disposer d'elle à un moment donné, et qui ne connaissaient pas l'ampleur de ses dons, les Lepidopteranus les haïssaient déjà. Faire croire à chacun que Cathy-Rose trahissait son propre peuple en pactisant avec l'ennemi ne poserait aucun problème. Elle s'y employait déjà... Elle trouverait bien une nouvelle idée pour faire croire à leur responsabilité dans un quelconque meurtre qu'elle orchestrerait avec art, grâce à ses pouvoir et ses dons d'empoisonneuse que tout le monde ignorait... Bientôt, dans cette révolte qui grondait et s'apprêtait à éclater, les fautifs se mêleraient au victimes, et il serait difficile pour chacun après coup de trouver la cause du conflit. Ce ne serait pas la première fois que les Arachnéens seraient accusés des pires choses sans être réellement responsables. Tout était tellement facile avec ce peuple primitif et à moitié sauvage... Et voir le rapprochement de leur roi et de Cathy-Rose lui procurait une intense satisfaction...


Bientôt, son propre peuple déchu et banni s'installerait entre ces murs, supprimerait les derniers opposants au  pouvoir et soutiendrait son règne de terreur, comme sa mère l'avait tant souhaité avant elle sans pouvoir le réaliser... Mais Anne comptait bien y parvenir et réintroduire la race des Siréus - les hommes-poissons* dont elle était elle-même issue... Elle se prit à songer qu'une union entre un Lepidopteranus et un Siréus donnerait un fascinant rejeton... Un bébé aux pouvoirs exceptionnels, garant d'une nouvelle race plus puissante que la sienne... Peut-être beau - comme l'était son père - ou laid - comme sa propre race dont elle-même parvenait à masquer l'horrible héritage en usant de magie, seul le destin le dirait !...

Perdue dans ses pensées, Anne sursauta en entendant frapper à la porte de la chambre. Elle s'approcha sur la pointe des pieds et tendit l'oreille. Le garde l'appelait doucement derrière le panneau de bois. 

Encore un imbécile qui se consumait d'amour pour elle... Bah ! Après tout, Dominique ne se gênait pas de son côté pour flirter avec la douce Cathy. De la jalousie ? Non, Dominique n'était qu'un pantin entre ses mains. Mais Anne restait une femme qui n'aimait pas beaucoup qu'on la prenne pour une poire. Et Anne savait que les gardes étaient bien placés pour lui apprendre les bruits qui courraient dans les sous-sols du château... Des bruits toujours utiles lorsqu'on veut en tirer profit...  Cette nuit, après avoir usé du garde de toutes les manières possibles et à toutes fins utiles, elle lui montrerait son vrai visage, et quand il aurait assez hurlé, elle pourrait enfin se nourrir... C'était ce qu'elle préférait : un bon repas n'est jamais meilleur que relevé par les épices de la terreur... 


Avec son sourire le plus innocent - celui qu'elle réservait à la cour et à Dominique - Anne entrouvrit doucement la porte...




Rendez-vous la prochaine fois avec celle qui prendra la suite et devra utiliser les mots : poisson, bourgeon(s), malédiction, enfant(s), réunion.



* Ha ! Ha ! Personne ne s'y attendait à celle-là !! 





8 commentaires:

  1. Vilvirt, je fais le RAT. Je n'ai pas le temps de le lire... Je le ferai tout à l'heure...

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas pu m'empêcher de lire. C'est GENIALISSIME. C'est juste PARFAIT. Je ne la supportais pas Anne. Tu combles mes voeux ! et elle va bouffer le garde ? C'est une femme requin dans le style des V. Tu te souviens la série V des lézards... Elle est aussi laide qu'eux... Bravon bravo, bravo...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Syl ! Contente que ça te plaise !! Bien sûr que je me souviens (comment oublier Diana et les souris ???)

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi j'applaudis !! J'adore !!! quel tournant ! Ahh !!! Bravo ! :)
    Et non je ne m'attendais pas aux hommes poisson !

    RépondreSupprimer
  5. On va faire tout un bestiaire ! Nous avons répertorié pour vous...

    RépondreSupprimer
  6. @Cécile : Je voulais vraiment lui refiler une grosse tare à Anne ! Je crois que c'est bon, maintenant, on va la détester !...
    @Syl : C'est vrai que ça va commencer à en faire des bestioles gérer !

    RépondreSupprimer
  7. Mazette !!!! Les bras m'en tombent !!! Des poissons maintenant ? C'est époustouflant...et super bien écrit. Elle cachait bien son jeu la charmante Anne, et du coup ça change la donne pour le trio Dominique-Cathy -Zlat. Très, très fort !!!

    RépondreSupprimer
  8. @Somaja : Merci pour tes encouragements ! et c'est vrai que ça devient "chaud" pour les amoureux !...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com