• /

mardi 22 mars 2011

Top Ten Tuesday - Bookish Pet Peeves




Me voilà de retour avec le Top Ten 
que j'ai un peu délaissé ces dernières semaines ! 
(tiens, un nouveau logo !)

(Le Top Ten a été lancé par le site The Broke and the Bookish 
et repris par bon nombre d'entre vous sur la toile.)


J'ai donc décidé de reprendre le thème de cette semaine :



Mon Top Ten des petites choses qui m'énervent en littérature :


  • Les traductions bâclées ou approximatives : inutile de préciser pourquoi, mais je trouve ça honteux, chacun son métier quand même ! J'ai pas le titre en tête mais je me souviens d'un livre lu récemment dont la traduction débile était digne d'un gosse de 10 ans.

  • Les éditions pleines de fautes, de coquilles et de mots oubliés : comme mon dernier Wilkie Collins, ce qui m'a positivement gâché toute l'histoire ! 

  • Les quatrièmes de couverture qui dévoilent toute l'énigme ou presque : mais quel est l'intérêt de lire le livre après ça ? J'aime bien connaître la teneur d'un récit avant de le lire mais pas l'histoire complète ni les principaux évènements qui vont marquer le récit... Le pire c'était je crois, le résumé d'un livre d'Agatha Christie lu l'année dernière : tout juste si on ne nous indiquait pas le criminel sur la couverture...

  • Les phrases géantes qui se prolongent sur 3 pages : c'est quelque chose que je retrouve souvent dans les classiques, avec un retour en arrière en début de page parce que je perd le fil entre temps...  (rapport à Henry James que je suis en train de lire et dont le style est parfois un peu laborieux pour moi...) 

  • Les perpétuels retours en arrière sur les évènements dans les séries : lorsque l'auteur reprend systématiquement les grandes lignes des aventures que le héro ou l'héroïne ont vécu dans les tomes précédents, ou nous pond une énième description de personnages que l'on a déjà croisé plusieurs fois ! C'est toujours le truc que j'appréhende quand je lis une série sur plusieurs tomes. Je sais que c'est quelque chose qui m'avait particulièrement agacée dans Les Enfants de la Terre de Jean Auel, où elle revenait sans cesse (et sur plusieurs paragraphes !) sur le passé de son héroïne. Alors OK, je peux comprendre que quand une série ne se dévore pas du premier au 10ème tome, on ai besoin d'une petite piqûre de rappel, mais parfois, trop c'est trop ! 

  • Les descriptions simplistes sur la couleur de la neige ou celle du ciel et les comparaisons à deux francs vues, revue et re-revues. Si l'auteur n'est pas capable de mettre en lumière la texture des étoiles ou de rendre un beau coucher de soleil, autant qu'il s'abstienne...

  • L'emploi de certains temps dans la narration : je ne sais pas si c'est un problème de traduction ou une volonté de l'auteur d'utiliser tel ou tel temps de l'indicatif, mais il y a des choix qui me gênent profondément dans ma lecture, et qui ne rendent pas justice à certaines scènes...

  • Les descriptions de vêtements qui n'en finissent pas (marques à l'appui !) D'abord ça me fait marrer - est-ce que l'auteur ne se dit pas que son livre risque d'être encore lus dans quelques années et que tout ça sera passé de mode ? - ensuite c'est gonflant. Je ne lis pas un livre pour connaître la marque du jean de Maurice ou celles des lunettes de soleil de Gisèle. Je lis un livre pour l'histoire, pour les caractères, le reste est vraiment superficiel... Le seul intérêt des fringues, ce serait plutôt dans les romans historiques, pour apporter une connaissance supplémentaire sur l'époque.  

  • La vulgarité dans les dialogues (surtout quand elle n'est pas justifiée), ou la présence d'onomatopées à la place d'une phrase simple (comme ici par exemple) : on peut vouloir lire un livre léger sans pour autant sombrer dans le facile et dans le ridicule. Et franchement, un mec qui s'exprime aussi mal, ça fait pas envie... (T'as compris, Kohler : tu fais pas envie !...)

  • Les blurbs, vous savez, ces petites phrases tueuses censées appâter les lecteurs, et que l'on retrouve sur les couvertures des livres... un genre de baratin publicitaire signé par des auteurs qu'on aime pas forcément mais qui sont tellement populaires... Ça m'énerve ! C'est typiquement commercial, ça me gâche ma couverture en plus, et je trouve que ça veut tout dire quand Anna Gavalda, Marc Levy ou Katherine Pancol me recommandent un bouquin...


Les Top Ten de Cuné, Fashion, Karine:), Geishanellie...



14 commentaires:

  1. Je suis évidemment d'accord avec tous les points ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Les trois premiers sont aussi très rédhibitoires pour moi. La vulgarité aussi. Tout comme le sexe vendeur. Je m'explique, celui qui est plaqué là, inutilement mais qui sera vendeur pense l'auteur. Je ne suis pas contre une petite scène coquine mais trop c'est trop !

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, je ne savais pas qu'on appelait ça des "blurbs", moi aussi ça me fait grincer les dents :)

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, ton point 10 me fait badtripper! Quant à ton point 1, je ne suis que trop d'accord. Ça me hérisse carrément.

    RépondreSupprimer
  5. Tellement d'accord avec ton numéro 5 ! Mauvaise traduction revient souvent, mais comme je ne lis pas en vo, je dois m'en contenter ...

    RépondreSupprimer
  6. D'accord avec toi sur tout... ou presque... J'adore quand Zola décrit les robe, les dentelles, les soieries, les plumes... dans "Au bonheur des dames".

    RépondreSupprimer
  7. Il y a un "s" de perdu ! Pauvre petit...

    RépondreSupprimer
  8. @Zarline : C'est vrai que c'est agaçant !
    @Manu : Et bien oui, la vulgarité qui ne sert à rien, ou qui est juste là pour choquer (quel est l'intérêt ?) c'est différent du sexe voire de l'érotisme qui fait partie d'une histoire. Il y a une énorme différence, même !
    @Cuné : J'ai trouvé le terme sur internet ! Je savais pas non plus, mais apparemment c'est une pratique commerciale très répandue outre-atlantique !
    @Karine :) On en a en commun !
    @Geishanellie : Les retours en arrière prennent parfois plusieurs paragraphes, c'est à se demander si l'auteur n'a pas juste voulu noircir des pages... pour ce qui est de la mauvais traduction, je crois que même sans lire en VO, on peut parfois se rendre compte de la bêtise de certaine traduction... Il y a des choses vraiment incompréhensibles des fois !...
    @Syl : Mais alors ?? Où est ton Top Ten ?? Pour une fois que c'est moi qui respecte les délais ! Pour ce qui est des descriptions de vêtements, ça ne me gêne pas dans un cadre historique. Dans le "bonheur des dames" ça fait entièrement partie du récit et je ne me souviens pas que ça m'avais ennuyé...

    RépondreSupprimer
  9. Ah, je plussoie pour les temps du récit, parfois, c'est du grand n'importe quoi!

    RépondreSupprimer
  10. Ah oui, complètement d'accord pour tout mais surtout la traduction, les retours en arrière sur plusieurs tomes et les blurbs!
    Et tu m'as bien fait rire avec les descriptions de ciels et d'étoiles ^^

    RépondreSupprimer
  11. Comme je suis d'accord avec tout ça ! Je ne connaissais pas non plus le terme "blurbs", mais c'est sûr c'est contre productif, on n'a pas envie d'acheter ! J'ajouterais les illustrations sur les couvertures, elles sont souvent racoleuses... Et je ne supporte pas quand un poche ressort avec l'affiche du film en couverture.

    RépondreSupprimer
  12. Je plussoie totalement pour les blurbs... J'ai découvert le terme le mois dernier grâce à un article qui explique son origine : http://www.lexpress.fr/culture/livre/les-blurbs-debarquent-sur-vos-livres_963212.html
    :)

    RépondreSupprimer
  13. @Morgouille : C'est cet article que j'ai découvert aussi dernièrement et qui en parle ! (je crois que c'était sur le blog de Delphine, mais je ne suis pas sûre...) Bref, très intéressant !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com