• /

dimanche 27 février 2011

Salomé - Oscar Wilde




<< A la fin du XIXe siècle, le mythe de Salomé suscite chez les artistes une fascination à nulle autre pareille : la princesse de Judée, qui incarne la femme " naturelle, c'est-à-dire abominable " selon le mot de Baudelaire, devient une figure majeure de l'imaginaire décadent, inspirant indifféremment peintres, poètes et romanciers. De cette danseuse fatale, Wilde donna dans Salomé (1893) l'une des interprétations les plus marquantes de l'histoire de la littérature. La tension croissante de ce drame en un acte traduit la montée du désir monstrueux de Salomé, la fille d'Hérodias, pour le prophète Iokanaan. >>


Salomé prend sa source dans un épisode biblique des évangiles de Matthieu et Marc, qui conte la mort de Jean-Baptiste. Oscar Wilde s'est inspiré de cet épisode tragique et l'a remanié avec brio pour offrir au lecteur une scène grandiose et dramatique, où la violence et la sensualité sont omniprésents.



Salomé par Gino Rubert



Salomé est une princesse de Judée, fille d'Herodias et belle-fille d'Hérode, dont la beauté enivre tous les hommes. Mais elle jette son dévolu sur un prophète emprisonné au palais, Iokanann, qui se refuse à elle. Après avoir consenti à danser pour Hérode la fameuse danse des sept voiles, Salomé lui réclame une faveur : la tête d'Iokanaan.

Tout, dans cette courte tragédie, appelle l'excès : la violence des émotions, puissantes et passionnées dans chacun des protagonistes, celle des dialogues qui s'animent au fil du récit, la violence dans l'évocation des éléments, la lune, les fleurs, les personnages dont les descriptions colorées et la présence charnelle explosent sous nos yeux. 


C'est un conte cruel et flamboyant qui évoque la domination toute puissante et la perversité d'une femme à qui rien ne résiste et pour qui l'on meurt, et qu'Oscar Wilde rapproche de l'astre lunaire à de multiples reprises, tant pour sa beauté et sa virginité que pour son aspect inaccessible.


Les nombreux dialogues de cette pièce rédigée en un seul acte se croisent et s'entrecoupent d'une manière quelque peu onirique, où les acteurs semblent victimes d'une sorte de folie ambiante, et où les références à la religion sont nombreuses. La peur, la cruauté, la barbarie, sont autant de thèmes exploités ici. Malgré l'antipathie que suscite Salomé chez le lecteur, la fin brutale - à laquelle je ne m'attendais pas du tout - cadre parfaitement avec le reste du récit, et j'ai trouvé que les derniers évènements se plaçaient parfaitement dans la continuité de l'histoire.  


Cette version bilingue de Flammarion m'a permis de me familiariser une nouvelle fois avec la langue anglaise, même si le texte a d'abord été rédigé en français par l'auteur et traduit par la suite. Il est, de plus, agrémenté par les dessins d'Aubrey Beardsley réalisés à l'époque, et qui ajoutent une note esthétique à un récit emprunt de symbolisme.


C'est une excellente surprise d'avoir sorti de ma PAL ce texte très court et pourtant puissant qui dévoile un autre aspect d'Oscar Wilde.   
   

Salomé - Oscar Wilde - Editions Flammarion - Collection GF - 1993


Ma note
Multi-styled Text Generator at TextSpace.net
Catégorie "Auteur enterré à Paris"

Multi-styled Text Generator at TextSpace.net


9 commentaires:

  1. J'aime Wilde, je ne connaissais pas ce texte mais ton enthousiasme est communicatif... je note :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh je crois que je l'ai lu effectivement !! ;o) J'avais bien aimé.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup Cette pièce,et Wilde en général !!! En plus, les illustrations sont magnifiques !

    RépondreSupprimer
  4. @Sabbio : Tu verras, c'est fantastique (et très court, en plus !)
    @Antigone, Moi aussi j'ai apprécié !
    @Maggie : Les illustrations sont super, ça apporte un petit plus au récit ! J'ai lu ton billet et je l'ai trouvé magnifique d'ailleurs !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai lu encore aucun Wilde, mais il s'agit exactement de mon genre de livre quoique encore une fois la religion donne à la femme l'image de la méchante.

    RépondreSupprimer
  6. Un autre Wilde que je veux lire.

    RépondreSupprimer
  7. Pour moi aussi, un Wilde qui manque à ma culture.

    RépondreSupprimer
  8. @GeishaNellie : Exact ! Mais ça fait partie du mythe... Mais c'est beau et j'ai adoré !
    @Karine : Laisse-toi tenter, c'est court et fabuleux ! Tu ne le regretteras pas !

    RépondreSupprimer
  9. J'ai lu la pièce et j'ai découvert que c'était de la merde. Franchement, j'aurais du lire autre chose.

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com