• /

samedi 5 février 2011

La Roulotte : le Retour !






La boucle est bouclée et Syl m'a donc demandé de reprendre la suite de la Roulotte, cette semaine. Nous avons laissé Cathy en présence d'un ultime mâle débordant de testostérone, et pour cette seconde participation, je dois utiliser les mots : tirelire, jalousie, larmes, moisi et flèche !


(Pour retrouver tous les épisodes, vous pouvez cliquer ICI !)


C'est parti !




"Décidément, si je ne vous colle pas à longueur de temps, vous avez vraiment le don de vous mettre dans les pires situations !..."

Cathy sursauta violemment et ses yeux quittèrent à contrecœur le visage de Zlatan dont le regard venait de s'embraser en tombant sur le nouvel arrivant. Sylphide avait dû déjouer la surveillance de Gaston, et se trouvait maintenant aux côtés de Cathy, une arme à la main, un rictus aux lèvres et une lueur diabolique dans les yeux. Gaston était derrière elle, l'épée tirée et déterminé, semblait-il, à en finir avec cette mascarade.

"Ainsi donc, j'avais raison - comme toujours... même si chacun des mâles présents ici refusent de le reconnaître... Je savais bien qu'Anne était perdue pour nous."

Zlatan fusilla Sylphide du regard. Il paraissait être la proie d'une rage muette prête à exploser, et dont seuls ses yeux magnifiques révélaient la puissance.

- C'est impossible ! Comment as-tu réussi à entrer, Sylphide ? J'ai lancé un sort sur cette cellule et...
- Tu me déçois, pauvre ignare d'arachnéen, répliqua la belle guerrière en balayant ses paroles d'un geste de la main. Tes pouvoirs sont peut-être reconnus dans ton "cercle", mais ici ils ne sont rien face à la magie de notre peuple. Tu es peut-être parvenu à subjuguer notre petite reine, mais tes belles paroles n'ont aucun effet sur moi, je peux te le dire... Quant à tes tours de passe-passe ridicules, garde-les pour impressionner les donzelles...
- Tu n'as pas toujours dit ça, murmura Zlatan en couvant soudain Sylphide d'un long regard langoureux. Souviens-toi qu'il n'y a pas si longtemps encore, tu te pâmais quand je...
- Silence, hurla la jeune femme visiblement ulcérée par ces paroles. Comment oses-tu sous-entendre de telles choses devant notre reine ? Tu as autrefois abusé de ma confiance en usant de ta magie vicieuse et en empruntant l'apparence innocente d'un des nôtres !...
- Je croyais ma magie ridicule et minable ? susurra Zlatan avec un mauvais sourire aux lèvres. 
- Rose ! fit Sylphide en se tournant vers elle et en ignorant complètement ces dernières paroles, ne vous laissez pas abuser par le charme vénéneux de nos ennemis ! Les Arachnéens sont une race fourbe et les mensonges sont une seconde nature chez eux... Ne faites pas attention à ce que cet homme pourrait vous dire ou prétendrait vous apprendre sur votre famille ou une quelconque prophétie. Tout cela n'existe que dans son esprit malade, à seule fin de nous détruire et de s'emparer de notre forteresse... et de votre pouvoir...
- C'est faux, Rose, reprit Zlatan sur un ton radoucit, ne l'écoutez pas. Tout ce que je vous ai dit est vrai. Je suis le roi des Arachnéens, c'est vrai, mais j'ai bien connu votre père et la prophétie dont je vous ai parlé est réelle. C'est peut-être l'ultime espoir qu'il reste pour nos deux peuples... Réfléchissez, Rose, c'est un avenir de paix que je vous propose...
- La paix offerte par des monstres sur un plateau d'argent ! s'exclama Sylphide en partant d'un grand éclat de rire. Et quelles en seraient les conditions, si je peux me permettre ? interrogea-t-elle. L'esclavage définitif des Lepidopteranus ? L'extension de votre pouvoir sur toute la planète, ou peut-être uniquement l'extermination des humains, sans qui nous ne serions même plus présents sur cette terre ?... Décidément, reprit-elle en esquissant un sourire sarcastique, je constate que tes stratégies militaires sont aussi pitoyables que ton verbiage d'amoureux transi... Ce n'est pas étonnant quand on est issu, et roi par dessus le marché, d'un peuple aussi primitif et corrompu !... 
- Un verbiage d'amoureux transi ! Ça, c'est la meilleure !" C'était à Zlatan, maintenant, d'éclater de rire. "En tout cas, tu n'as pas perdu de temps pour y succomber si je ne m'abuse..." Il s'interrompit devant le regard haineux que Sylphide lui lança après cette ultime flèche
- Je ne sais pas ce qui me retient de te découper en morceau et de te renvoyer par petit bouts à ton peuple de dégénérés...
- Si je devais déposer une pièce toutes les fois où tu m'a menacé de la sorte, ma tirelire serait aussi grosse que les sous-sols de ce château...


- Arrêtez tous les deux, j'en ai assez !...

C'était Cathy qui venait de s'exclamer sur ce ton désespéré. Elle était totalement bouleversée par la tournure que prenaient les évènements. Sylphide et Zlatan se connaissaient de longue date, visiblement, ils avaient même été amants d'après ce qu'elle comprenait. Et pourtant, en reportant son regard sur le jeune homme sombre planté devant elle, les bras croisés, elle ne put mettre un nom sur les émotions différentes qu'il suscitait en elle. (jalousie ? déception ? ou simplement le désir de le croire ?) Mais cet étrange sentiment de confiance qu'elle ressentait au fond d'elle-même, devait-elle réellement le bannir ? Est-ce que tout ce qu'il venait de lui apprendre n'était qu'un mensonge supplémentaire pour s'emparer de ses pouvoirs et livrer la souveraine des Lepidopteranus au roi des Arachnéens, et ainsi, supprimer à jamais l'existence de son peuple ? Ou est-ce qu'une partie de tout cela ne recelait pas une part de vérité, si infime soit-elle ?...

Qui croire ? A qui se fier ? Elle sentit les larmes lui monter aux yeux en se tournant vers Gaston qui n'avait pas bougé et semblait quêter une réponse de sa part - brave Gaston prêt à se sacrifier au moindre geste de sa souveraine alors qu'elle-même ignorait la voie à adopter ! - elle songea à Dominique, qui l'attendait à l'étage pour apprendre d'elle ce qu'allait devenir celle qu'il croyait être sa bien-aimée, elle revit le visage d'Aaron, ce grand-père sorti de nulle part qu'elle ne connaissait pas le jour précédent, et tout ce que cette nouvelle présence dans son existence apporterait en révélations sur ses origines, et le tourbillon dans lequel elle se sentait prise au piège depuis le début de cette histoire parut enfler autour d'elle. Son coeur s'accéléra et elle senti une fois encore toute son impuissance face à ce statut de reine qu'elle n'avait pas réclamé, et les obligations qu'elle ne parvenait plus à assumer. Elle était même incapable de choisir une quelconque alternative à cette mascarade, et la situation la désespérait de plus en plus. Impuissante et bien faible face aux évènements... 

Sylphide parut sentir son hésitation et lui posa timidement une main sur l'épaule pour l'encourager à la suivre dans l'escalier.

- Venez Rose, je sais que tous ces évènements vous ont bouleversé et que cette dernière rencontre vous fait soudain douter de tout. Nous allons retrouver Dominique et lui annoncer que sa promise est perdue pour lui, à jamais...
- Elle n'est pas perdue, lança Zlatan depuis sa cellule, si seulement tu me laissais vous expliquer à toutes les deux...
- La seule explication satisfaisante, Zlatan, répondit Sylphide en entraînant doucement Cathy, ce serait d'apprendre la géo-localisation de l'unique brèche qui nous permettrait d'assaillir ton château... Malheureusement, reprit-elle avec un petit sourire à son attention, cela me paraît quelque peu improbable dans l'immédiat. Ta pitoyable tentative d'enlèvement a échoué, et tu vas croupir dans cette cellule moisie jusqu'à ce que nous décidions quoi faire de toi...
- Si tu penses que mes hommes me laisseront ici sans réagir...
- Mais nous comptons bien sur leur réaction, annonça Gaston, et rapidement !... Votre emprisonnement va peut-être nous donner l'occasion d'opérer une de nos meilleures offensives jusqu'à présent. Et votre présence dans nos mûrs constitue une monnaie de choix... 
- Tu as parfaitement raison Gaston, murmura Sylphide. Ce jour pourrait voir naître l'extinction d'une grande partie de nos ennemis... 
- Si je suis une monnaie d'échange pour vous, songez à la situation de votre précieuse Anne. Je suis persuadé que Dominique ne va pas se risquer à la laisser à la merci de notre peuple...


En entendant ces paroles, Cathy se retourna vers lui et senti soudain ses forces et sa résolution grandirent. Hors de question pour elle de risquer la vie d'Anne si elle pouvait entreprendre quoi que ce soit pour l'empêcher. Dominique serait probablement inconsolable, et elle se refusait à jouer un rôle dans la perte de sa fiancée.


- Qu'allez-vous faire d'Anne si, comme vous le prétendez, elle est toujours vivante ? demanda-t-elle en le fixant des yeux et en se rapprochant de Zlatan qui l'observait derrière les barreaux de sa cellule.
- Cela va dépendre de vous, Rose... Laissez-moi sortir d'ici, brisez le sortilège de Sylphide et je vous expliquerai tout... Il y a encore un moyen pour vous et votre peuple d'éviter une nouvelle bataille et de sauver la fiancée de Dominique...



Je m'arrête ici pour aujourd'hui et je repasse le relais à Sabbio (enfin, je crois) qui devrait nous régaler avec une suite qui devra inclure les mots suivants : post-apocalyptique, fougère, récipient, volupté et vigueur. Mouarfff, mouarff !! Tout un programme !!




9 commentaires:

  1. On attendait, Cécile dès vendredi me demandait "C'est quand, hein ? C'est quand ???", Bladelor est venue me réclamer à grand cri ton épisode... J'ai hanté ton blog toute la journée... Et ce matin je te dis, c'est génial. Et le petit sourire carnassier de Zlat quand il regarde Sylphide, "Toi ma poupée, tu ne disais pas ça quand tu grimpais aux rideaux !" Chaud, chaud, les marrons... Et tu n'avais pas d'inspiration ? Vilvirt, tu écris bieeeeeeeen !!!! Je pense que cela sera Cécile qui reprendra la suite, Sabbio est indisponible cette semaine. Et alors ? Je sais que Cécile aime Zlatan, y aura-t-il un chamboulement ? La suite, la suite, la suite...

    RépondreSupprimer
  2. La suite, la suite, la suite (tiens, il y a de l'écho sur le blog ?)
    J'ai adoré !

    RépondreSupprimer
  3. @Syl et Sharon : Merci les filles !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce beau moment de lecture ! Et toutes ces pistes lancées habilement pour la suite...bravo !

    RépondreSupprimer
  5. @Somaja : Merci à toi pour ta visite !

    RépondreSupprimer
  6. C'est moi qui reprend, zut je vais devoir faire des choix... Et thanks pour les mots hein ? Gloups :)
    Tu lui as laissé du répondant à Zlatan hihi, j'aime !

    RépondreSupprimer
  7. @Cess: J'ai fais fort pour les mots !! J'étais inspirée et en pleine lecture de J.R. Ward...

    RépondreSupprimer
  8. De mieux en mieux ! Je me régale ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  9. @Liliba : Merci ! La suite est ici : http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com/article-l-66976123.html

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com