• /

lundi 10 janvier 2011

Rebelles - Anna Godbersen




<< Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu’à l’aube. Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes. Mensonges, secrets et scandales. Nous sommes à Manhattan… en 1899. >>

Elizabeth Holland est jeune, belle, riche, l'avenir est assuré pour elle et sa jeune soeur Diana, comme pour toutes les autres jeunes filles de son âge issues du milieu huppé de Manhattan en cette fin de siècle prometteuse, et pourtant... Derrière les façades opulentes des maisons de maîtres et les jardins exubérants d'une ville en pleine expansion qui abrite aristocrates et parvenus, Anna Godbersen nous fait entrevoir "l'ordinaire" des nantis. Un univers doré peuplé de querelles, de machinations et bâti sur les faux-semblants. Bals et autres cérémonies somptueuses se succèdent et servent à afficher sa réussite et ses plus belles toilettes, les amours se font et se défont au gré des valses, et les apparences dissimulent des secrets bien sombres... Bref, mensonges et décadence sont les maîtres mots de ce récit riche en rebondissements.

C'est sur le décès d'Elizabeth qui s'apprêtait à épouser l'un des plus riches parti de la ville que s'ouvre cette histoire. L'auteur remonte le passé de quelques mois pour nous dévoiler  le récit de la vie des filles Holland, leurs craintes, leurs espoirs, l'injustice de leur position dans un monde où seul un mariage de convenance est acceptable et consolide les liens entre les familles. 

Elizabeth, de retour aux Etats-Unis après un été passé en Europe, est poussée par sa mère à accepter la proposition de mariage de la famille Schoonmaker, l'une des plus puissantes de la ville, et ce malgré les sentiments profonds qu'elle éprouve pour son palefrenier. Fini les roulades dans le foin, les serments échangés dans l'écurie et les rêves d'évasion avec le beau domestique. La famille Holland est ruinée et seul son nom peut encore lui permettre de sauver les meubles. Elizabeth doit donc se sacrifier et accepter de s'unir avec Henry Schoonmaker. Mais c'est sans compter sa meilleure amie - la vénéneuse Pénélope Hayes - maîtresse en titre du gentleman concerné, et qui n'a pas l'intention de céder son amant pour tout l'or du monde. Quoique riche, Pénélope fait partie de cette classe sociale peuplée de parvenus milliardaires qui ne souhaitent qu'une chose : allier leur fortune aux grands noms de l'aristocratie New Yorkaise. Pénélope va donc monter la pire des machinations pour s'assurer un avenir doré aux côtés de son amant. Sauf que... voilà que ce séduisant jeune homme, libertin et blasé, féru de courses de chevaux et qui aime s'encanailler (le vilain) dans les pires bouges de la ville, cède au regard de feu de la soeur de sa fiancée : Diana ! Le ton est donné : ce triangle amoureux nous réserve de belles surprises !

Vous l'aurez compris, Rebelles est un roman léger et édulcoré où les ingrédients - opulence, robes somptueuses, minois angéliques et complots machiavéliques - assurent à la lectrice de passer un moment agréable et palpitant. Le cadre - Manhattan fin du XIXème - est peut-être le point le plus intéressant de l'histoire, mais il aurait mérité d'être plus travaillé, car les descriptions restent évasives et superficielles. Le style du récit est quasi pauvre et certaines tournures de phrases - la faute à la traduction française ? - sont un peu bancales. Les ficelles de l'intrigue sont grosses comme ma main et les personnages caricaturés à souhait. Les méchants sont très méchants et les bons dégoulinent de bonnes intentions. Seule le personnage de Diana - la petite soeur rebelle d'Elizabeth - relève un peu le niveau et tire son épingle du jeu. Mais la bonne nouvelle, c'est que ça fonctionne malgré tout et que c'est une lecture plaisante et simple qui s'achève sur une seule idée : à quand la suite ?

Rendez-vous prochainement avec le second tome, je l'espère. En attendant, je remercie Syl pour ce prêt : grâce à elle, je me suis immergée quelques heures et sans remord dans le faste et le luxe de la bonne société new-yorkaise ! Ahh... Ca fait du bien...


Rebelles - Anna Godbersen - Le Livre de Poche - 2010


Ma note
Multi-styled Text Generator at TextSpace.net

  

8 commentaires:

  1. Malgré le côté léger, je pense bien que je vais le lire. Mais je pense que je vais acheter la version grand format, juste pour la couverture!

    RépondreSupprimer
  2. Et bien ravie qu'il t'ait fait passer un agréable moment. Je reste quand même sur une déception, l'auteur aurait pu nous emporter dans une folle valse. On se donne rendez-vous pour le second.
    Billet bien écrit (Comme toujours !).

    RépondreSupprimer
  3. @C'est sûr ! La version poche a une couverture vraiment affreuse ! Mais je suis bien contente que Syl me l'ai prêté quand même !!
    @Syl : Très contente ! Merci à toi encore une fois, ça fait du bien de s'échapper un peu avec un récit léger comme celui-ci ! Je vais tâcher de trouver le second !!

    RépondreSupprimer
  4. j'ai craqué sur l'achat de ce roman, mais quelque chose me retient, j'ai peur que ce soit trop mièvre !

    RépondreSupprimer
  5. @George : Bien sûr que c'est mièvre, mais c'est ça qui est bien !! (ça détend...)

    RépondreSupprimer
  6. j'attends avec impatience le 4° tome, c'est lièvre (;-) george) mais j'adore tout de même ! lecture légère, facile, lecture détente ... du harlequin ++++

    RépondreSupprimer
  7. J'avoue que j'ai succombé ! Et je pense bientôt lire le deuxième tome.

    RépondreSupprimer
  8. @Nane : Je dois avouer que j'ai beaucoup aimé moi aussi, malgré les clichés et out le tralala... J'attends la suite (en format poche !) avec impatience !
    @Manu : Et bien moi aussi ! Mais en poche (plus accessible !) en espérant en apprendre plus sur tous ces malheureux gosses de riches !!

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com