• /

dimanche 2 janvier 2011

L'Homme qui rétrécit - Richard Matheson




<< L'araignée fonça sur lui dans l'ombre des étendues sableuses, tricotant furieusement de ses pattes immenses. Son corps ressemblait à un œuf gigantesque et luisant qui tremblait de toute sa masse noire tandis qu'elle chargeait à travers les monticules privés de vent, laissant dans son sillage des ruissellements de sable. L'homme en resta paralysé. Il vit l'éclat venimeux des yeux de l'araignée. Il la regarda escalader une brindille de la taille d'un rondin, le corps haut perché sur ses pattes que le mouvement rendait floues, jusqu'à atteindre le niveau des épaules de l'homme. >>




Je ne vais plus jamais regarder le dessous de mes chaussures de la même manière... Ni les insectes qui hantent les recoins sombres de ma maison !


Scott Carey est un homme ordinaire avec une femme, une fille et un travail ordinaire. Mais un jour, il prend subitement conscience que son corps change, qu'il rétrécit littéralement. Les médecins et les spécialistes consultés ne parviennent pas à trouver la cause de ce bouleversement sans précédent. Jour après jour, Scott perd plusieurs centimètres. Jusqu'où cette terrible maladie va-t-elle l'entraîner ? Va-t-il disparaître définitivement, réduit à la taille d'un atome ?...


Le récit démarre sur les chapeaux de roue avec une scène durant laquelle Scott doit fuir devant une araignée géante parmi un décor apocalyptique ! Très vite, on prend conscience que l'araignée est un insecte ordinaire et que le décor est celui de sa cave dans laquelle il s'est fait piégé après avoir rétrécit et avoir atteint la taille de quelques centimètres !


La suite de l'histoire, c'est une incessante suite d'épreuves que Scott doit surmonter pour survivre à un environnement banal devenu terriblement dur et dangereux. Ces moments d'action cruels durant lesquels l'homme doit se battre pour rester en vie, trouver de l'eau ou de la nourriture et éviter les dangers de la cave, alternent avec de fréquents retours en arrière sur sa vie, quand l'évolution dont il est victime a commencé à apporter de terribles bouleversements autour de lui. On prend conscience qu'il s'est peu à peu éloigné de sa femme, a perdu son emploi, a assisté au mépris de sa propre fille. Est venu le jour où sa taille devenue ridicule ne lui a plus permis de vaquer à ses activités quotidiennes et où la colère et la révolte ont pris le dessus, engendrées par le comportement des médecins, la pitié discernée dans le regard de sa femme, l'hypocrisie ambiante, le mépris de son enfant, le regard des gens à l'extérieur et l'opinion des journaux qui se sont emparé de l'affaire. Il a pris l'habitude de se réfugier dans la cave lorsque le poids de sa solitude devenait insupportable et que des idées de suicide le paralysaient. Et c'est là que le lecteur le retrouve dès les premières pages, victime pitoyable mais déterminée à survivre.


Matheson a construit un roman très prenant, avec peu de scènes de réelle action au final, mais tout en nuances malgré tout, où l'on explore l'inconscient de Scott dont les jours sont comptés, et qui est parfois près de se laisser envahir par le désespoir de sa situation. On assiste à sa colère, à ses questionnements, à sa vision du monde qui change au rythme où évolue son corps, à ses remords aussi et à cette fabuleuse détermination qui, même aux portes de la mort, le force à continuer malgré l'issue tragique qui l'attend. On le voit conserver sa fierté en refusant son histoire aux journalistes qui lui proposent de l'argent alors qu'il a lui-même de graves problèmes financiers. Et lorsqu'il se retrouve piégé dans la cave, on le voit toucher le fond, passer de la frustration à la mélancolie puis à l'indifférence, persuadé que quelques jours seulement le séparent d'une fin inéluctable.


Matheson évoque alors cette détermination que possède même l'être humain le plus banal, quand tout le pousse à lâcher prise, victime d'une situation tellement aberrante qu'on s'attend à le voir craquer à tout moment. Il montre à quel point Scott tient à sa vie et surtout à conserver sa dignité d'individu. Il continue à se battre et à affronter les dangers, persuadé que son humanité n'est pas mise en jeu et quoique entré dans un monde étranger à ses proches, réduit à la taille d'une tête d'épingle, et avant cela, moqué, humilié par les gens de l'extérieur, parfois victime de leur perversité, il reste un homme, malgré sa vulnérabilité. Car loin de se comparer à un insecte, Scott a pleinement conscience de son statut d'homme et il oppose à l'adversité des trésors d'intelligence pour survivre et repousser les limites de la folie qui en entraînerait d'autres.


Un bon roman de science-fiction qui fait froid dans le dos, tourné vers l'introspection et les limites que nous imposons à notre vision du monde - toute relative - avec une chute surprenante qui s'est ajoutée au plaisir de cette lecture. 




L'Homme qui rétrécit - Richard Matheson - Editions Gallimard - Folio SF - 2002







Ma note
Multi-styled Text Generator at TextSpace.net
Multi-styled Text Generator at TextSpace.net

1 commentaires:

  1. Je ne me sens pas capable du tout de lire ce livre...phobie des araignées oblige mais tu t'es visiblement régalée. ;o)

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com