• /

lundi 10 janvier 2011

De Pierre et de Cendre - Linda Newbery



Lorsque, par un soir brumeux de 1898, le jeune peintre Samuel Godwin pousse les grilles de la propriété de Fourwinds, il est immédiatement envoûté. Engagé pour enseigner l'art aux deux filles de Mr. Farrow, il ignore encore que cette luxueuse demeure sera pour lui le décor de ses plus belles peintures. Intrigué par la personnalité ombrageuse du maître des lieux, séduit par les jeunes demoiselles, Marianne et Juliana, désarçonné par Charlotte Agnew, leur gouvernante et dame de compagnie, Samuel comprend vite que le raffinement du décor et des êtres dissimule de bien sombres mystères et que le vent souffle pour mieux balayer les cendres d'un passé scandaleux...



Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai passé un excellent moment avec ce roman de Linda Newbery ! Entamé dans le cadre d'une lecture commune lancée par Miss Alfie, et qui regroupe George, Syl, Manu, Karine, Céline, Lael et Hélène, je ne regrette absolument pas d'avoir succombé.

L'histoire se déroule vraisemblablement à l'époque victorienne. Le jeune artiste Samuel Godwin vient d'accepter une place dans la demeure de Mr. Farrow, appelée Fourwinds, où il doit enseigner la peinture à ses deux filles. Dès son arrivée, il se heurte à Marianne, la plus jeune, qui ne cessera de l'obséder pendant tout le livre. D'un caractère enjoué et passionné, mais parfois à la limite de la déraison, elle est aux antipodes de son aînée, Julianna, douce, réservée et souvent triste.


Samuel fait aussi la connaissance de leur gouvernante, Charlotte Agrew, une jeune femme elle aussi très secrète, et du maître des lieux, Mr. Farrow, un veuf séduisant, en avance sur son époque, et qui a fait bâtir une maison magnifique, lumineuse et incroyablement moderne à laquelle succombe Samuel dès les premiers instants parce qu'elle flatte sa sensibilité et son oeil d'artiste. Les trois statues présentes aux points cardinaux - qui représentent les vents du nord, de l'est et du sud - prêtent leur nom à la maison et ne cessent de l'intriguer. Et particulièrement le vent d'ouest dont l'absence paraît grandement déstabiliser Marianne.


Les premiers moments à Fourwinds sont doux au regard du lecteur et de Samuel Godwin, à qui le père des deux jeunes filles propose, en plus de son emploi actuel, de réaliser une partie des oeuvres qui orneront sa demeure. Mais très vite, le jeune peintre assiste à des évènements inquiétants - insomnie, visiteur impromptu, rumeur de suicide... - qui le poussent à prospecter dans la région à la recherche du mystérieux sculpteur à l'origine des statues. 


Le plus intéressant dans ce roman, c'est certainement l'alternance des points de vue entre les deux narrateurs - Samuel et Charlotte - à chaque nouveau chapitre. Ceci nous permet d'en découvrir un peu plus sur eux au fil de l'histoire et de lever peu à peu le voile sur leur existence passée. Ce sont des personnages extrêmement attachants, chacun à leur manière, remplis de doutes et d'incertitudes, et profondément attirés par le domaine au sein duquel chacun d'eux semble trouver un semblant de foyer. Samuel, plein d'ambition, doute malgré tout de son talent d'artiste et Charlotte Agrew, en parfaite petite Jane Eyre, montre une façade lisse et imperturbable en toute occasion, ce qui éveille grandement l'intérêt du lecteur.  


C'est ainsi que les deux jeunes gens vont être amenés à découvrir la vérité sur les évènements tragiques qui se sont déroulés avant leur arrivée à Fourwinds. Des évènements qui ont laissé leur empreinte sur les habitants de cette paisible demeure si irréprochable en apparence. Jusqu'au bout du récit, les découvertes se révéleront fracassantes et inattendues. 


Tout est absolument présent dans ce récit pour tenir le lecteur en haleine : une ambiance toute victorienne qui se prête à tous les mystères, des drames à peine suggérés, une atmosphère emprunte de romantisme grâce à Fourwinds et au lac tout proche dont les profondeurs inquiétantes semblent receler bien des secrets. Le style de l'auteur est extrêmement agréable. On pourrait être porté à croire que l'auteur a rédigé cette histoire au siècle dernier tant elle a soigné son style. J'ai vraiment eu l'impression d'ouvrir un livre de Wilkie Collins ou de M-E Braddon. La nature ainsi que la beauté de la demeure des Farrows sont célébrées tout au long du livre, et on les perçoit à travers l'oeil d'artiste de Samuel Goldwin, alors que le côté plus pragmatique et distant de Charlotte est extrêmement bien rendu lorsqu'elle prend la parole à son tour. 

Bref, les différents aspects de ce livre m'ont beaucoup plut, que ce soit la narration à plusieurs voix, l'énigme et les ombres qui environnent Fourwinds, ou encore les personnalités variées autour desquelles se jouent les drames de cette famille. 

Une excellente surprise pour moi ! Maintenant, allons voir ce qu'en pensent les filles !


De Pierre et de Cendre - Linda Newbery - Le Livre de Poche - 2009

10 commentaires:

  1. Comme pour toi, ce fut une lecture agréable voire haletante jusqu'à la dernière page ! j'ai beaucoup aimé la dernière partie !

    RépondreSupprimer
  2. Vous donnez toutes envie de lire ce livre, je sens qu'il va rejoindre ma LAL :)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Vilvirt, Je suis ravie que le roman t'ait plu. J'ai pensé aussi que l'auteur aurait pu appartenir à un autre siècle. Sa plume a le ton 19ème. Bises et bonne semaine...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé aussi. J'ai trouvé l'atmosphère particulièrement réussie, en fait. Je m'y croyais!

    RépondreSupprimer
  5. une lecture qui m'a ravie aussi!! dépaysante et très bien construite.

    RépondreSupprimer
  6. @George : Oui, palpitant c'est le terme ! Et ça fait du bien de se plonger dans un livre qui se lit aussi vite et aussi bien, parfois !
    @Estellecalim : Tu verras, l'histoire est super !
    @Syl : Oui, le style est soigné, c'est agréable ! Bonne semaine à toi aussi !
    @Karine : L'atmosphère est bien rendue, et les personnages sont vraiment attachants, j'ai trouvé !
    @Choupynette : Jusqu'au bout, l'auteur a su me tenir en haleine !

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup aimé. J'en garderai un bon souvenir. On se laisse prendre au récit, surpris et à la fois conquis par cette atmosphère très bien décrite!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai râté ce rendez-vous :( Je n'ai pas eu le temps de lire ce roman. Mais vous me donnez envie de le lire dans les semaines qui viennent !

    RépondreSupprimer
  9. Au risque de faire tache, je n'ai pas trop accroché à ce roman. Certes, il se lit avec plaisir, mais j'ai trouvé qu'il usait de trop grosses ficelles...
    Et les personnages ne m'ont pas du tout séduite, à commencer par les deux narrateurs, que j'ai trouvés assez godiches.
    Mais bon, un livre de moins dans la PAL !

    RépondreSupprimer
  10. @Lael : Je viens de lire ton billet ! C'est vrai qu'on est loin des "Hauts de Hurlevent" - mon roman fétiche - mais j'ai passé un excellent moment quand même. Et j'aime beaucoup cette époque et l'atmosphère victorienne !
    Manu : Ben oui alors ! Bon je dis rien, parce que j'avais râté l'échéance la dernière fois avec Oates... J'espère qu'il te plaira !
    @Céline : C'est simple et ça se lit bien. On est tout de même loin des grands récits victoriens à la Collins, mais j'ai trouvé les personnages sympathiques, contrairement à toi. (j'ai beaucoup aimé Charlotte !)

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com