• /

lundi 6 décembre 2010

Un Tramway nommé Désir - Tennessee Williams






<< Dans un appartement minable de La Nouvelle-Orléans, Stella Du Bois, descendante d'une vieille famille aristocratique, vit avec son mari Stanley Kowalsky, un Polonais pour les beaux yeux duquel elle a abandonné la plantation familiale. Survient Blanche, la soeur de Stella : une créature de feu et de chair.
Ce ménage à trois diabolique a fait le triomphe que l'on sait dans le monde entier de la plus célèbre des pièces de Tennessee Williams, adaptée à l'écran avec Marlon Brando et Vivien Leigh. >>



Je viens de terminer la première pièce de ce recueil, Un Tramway nommé Désir, et je vais d'ailleurs tout de suite enchaîner avec La Chatte sur un Toit brûlant
Il m'a fallu un peu de temps pour faire abstraction des détails scéniques, et me familiariser avec un style auquel je ne suis pas tellement habituée puisque je lis très peu de pièces de théâtre. Mais il faut dire qu'une fois plongée dans cette histoire brûlante, je n'ai eu aucun mal à suivre le récit et à observer l'évolution des protagonistes. 


L'atmosphère de la Nouvelle-Orléans est admirablement recréée : les accords de jazz présents entre chaque scène, la foule bigarrée qui s'agite dans les rues, la violence sous-jacente qui hante le quartier. Et toutes les émotions les plus fortes et les plus absolues se retrouvent dans cette histoire tragique : la passion, le désir, la folie, la fureur... Le quartier français, qui sert de décor à la pièce, offre un panorama aux accents lascifs et dépravés. Tennessee Williams a soigné chaque détail et approfondi chaque caractère pour faire de sa pièce une tragédie colorée, ardente et sombre, une ode à la démence et à l'extravagance. Vous l'aurez compris, j'ai été conquise !

Conquise - forcément - par la virilité de Stanley et la passion qui l'habite pour sa femme Stella, la soeur de Blanche. Conquise par la fragilité, la dramatique douceur de Blanche, ses paroles tantôt enthousiastes, tantôt obscures, aux effets poétiques, sa situation désespérée et sa volonté absolue de faire abstraction de la réalité, et d'en repousser les limites jusqu'à se perdre dans un monde qu'elle s'est créé de toute pièce, comme en témoigne ce cours paragraphe : 

[...] Oui ! oui ! de la féerie ! C'est ce que je cherche à donner aux autres ! Je veux enjoliver les choses. Je ne dis pas la vérité, je dis ce que devrait être la vérité ! Que je sois damnée si c'est un péché !

Impossible de me sortir de la tête les visages de Marlon Brando et Vivien Leigh, dont j'ai admiré la prestation un nombre incalculable de fois à la télévision. C'est probablement ce film d'ailleurs qui m'a permis de ressentir encore mieux tous les détails de la pièce pendant que je la lisais. Je me souvenais des mimiques de Vivien Leigh dans le personnage de Blanche et de la brutalité de Brando dans celui de Stanley Kowalsky. Difficile de parler de cette pièce de théâtre où tout se joue dans les gestes, les expressions, les déplacements d'un bout à l'autre de la scène, bien au-delà des dialogues. Il faut la lire pour comprendre. 

Je ne sais pas si je serai aussi enthousiaste avec la suite, mais je pense que cette rencontre avec ce grand auteur est en passe de devenir un coup de coeur !


Ce livre honore 2 challenges à la fois, l'un lancé par le forum Whoopsy Daisy et l'autre par Fashion, dans la catégorie "auteur mort dans des circonstances particulières" ! Si vous souhaitez en savoir plus, cliquez sur les logos !




Un Tramway nommé Désir - Tennessee Williams - Le Livre de Poche - 1973


Ma note
 
    

  



6 commentaires:

  1. Tout est dit... et je suis complètement d'accord!

    RépondreSupprimer
  2. @sabbio : Une excellente découverte !

    RépondreSupprimer
  3. Je n'aime pas trop lire le théâtre mais cette pièce m'attire fortement !! Par contre, je n'ai jamais vu le film.

    RépondreSupprimer
  4. @Manu : Je ne pensais pas apprécier non plus (à cause de toutes les références scéniques entre chaque dialogue !) mais l'histoire est vraiment puissante. C'est vraiment un auteur à découvrir !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai été aussi incapable de lire la pièce sans penser à Brando et à Leigh. Mais j'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  6. @Karine : Difficile d'oublier des acteurs aussi prodigieux !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com