• /

mercredi 29 décembre 2010

L'Hôtel Hanté - Wilkie Collins




Un lord anglais qui rompt ses fiançailles, une veuve aux yeux de braise, un hôtel à Venise, dans l'entrée duquel on aurait pu écrire, comme Dante le fit pour son Enfer «Si vous entrez ici, laissez toute espérance », un couple d'amoureux respectueux des usages victoriens, des thés à Londres et des disparitions inexpliquées... C'est le cocktail distillé avec humour par le démoniaque Wilkie Collins, demi-frère d'Edgar Poe, cousin de Conan Doyle, grand-père d'Agatha Christie et précurseur d'Alfred Hitchcock !

Alors là, pour le coup, je crois que l'auteur de la quatrième de couverture s'est un peu enflammé... Autant La Dame en Blanc et Pierre de Lune étaient pour moi des chef-d'oeuvres d'imagination, de mystère et parfois aussi de drôlerie, avec des personnages tout en nuances qu'on ne pouvait quitter qu'avec regret, et des énigmes vraiment bien ficelées, autant l'Hôtel Hanté m'a vraiment laissé sur ma faim. Je n'ai pas retrouvé la plume de Wilkie Collins - la faute peut-être au traducteur et surtout à l'édition que je possède, truffée de fautes d'orthographe, de syntaxe, de ponctuation, avec des virgules disséminées ici et là sans qu'on sache trop pourquoi... à la fin j'en suis venue à deviner les mots choisis par l'auteur plutôt qu'à les lire, et plus je m'avançais vers l'issue du récit, plus la difficulté de compréhension augmentait... 

Bref, ceci s'est ajouté à cela, résultat : une grande déception ressentie à la lecture de ce "polar victorien" qui rassemblait pourtant tous les ingrédients qui m'attirent d'habitude. 

Lord Montbarry est un homme riche entouré d'une nombreuse parenté, et qui tombe un jour amoureux de la Comtesse Narona, une femme énigmatique au passé sulfureux, pour laquelle il quitte sa jeune et douce fiancée, Agnès Lockwood. Le mariage ne tarde pas à être célébré, au grand dam de la famille du Lord que la personnalité de la Comtesse et ses relations ambigües avec son soi-disant frère, le Baron Rivar, exaspèrent. Agnès est quant à elle au plus bas, et reste enfermée chez elle aux côtés de sa vieille nourrice. Elle reçoit de temps à autre la visite du jeune frère de Montbarry, Henry, qui est secrètement amoureux d'elle. On lui réclame un jour une lettre de recommandation pour un dénommé Ferrari, époux d'une vieille amie à elle, qui souhaite être employé auprès de Montbarry pendant sa lune de miel. Agnès accepte, sans songer que cette requête va être à l'origine de bien des tourments. En effet, peu de temps après l'installation des nouveaux Lord et Lady Montbarry à Venise, dans un palais défraîchi, Ferrari disparaît mystérieusement sans que personne soit à même d'en expliquer les raisons. Sa femme, désespérée, crie au meurtre, et suite à cette énigme, c'est Lord Montbarry lui-même qui décède brutalement, laissant la Comtesse veuve et bénéficiaire d'une assurance vie de plusieurs milliers de livres.

Peu de temps après, Henry souhaite investir dans un hôtel. Les travaux d'un ancien palais vénitien débutent pour une remise en état du lieu même où Lord Montbarry est mort, et qui, remis à neuf et devenu splendide, devient une étape incontournable de l'aristocratie anglaise à Venise. Les Montbarry décide de s'y retrouver lors de la lune de miel d'un de leur neveu, et c'est là que les chose se compliquent. Des phénomènes inexplicables se produisent, les membres de la famille semblent tous se trouver mal dès lors qu'ils posent un pied dans la fameuse chambre où serait mort le Lord... Bref, fantômes et autres revenants ne sont pas loin...

Je ne sais pas pourquoi, mais ce court roman dont j'attendais tellement a comme un goût d'inachevé. Les personnalités m'ont parus très fades comparées à celles rencontrées dans ses autres romans, les relations entre les personnages ne sont pas assez approfondies. L'intrigue est certes bien trouvée et jusqu'au bout du récit, on s'interroge sur la santé mentale de la comtesse, ses relations étranges avec le beau baron - dont finalement on ne saura rien - et sur l'origine de la mort de son époux, mais la première partie du livre ne m'a pas transporté. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Agnès, par exemple, jeune femme bonne et douce dont la pâleur de caractère et les sentiments exacerbés pour Lord Montbarry m'ont parfois excédée. Henry est l'archétype du jeune premier fougueux et prêt à tout pour sa belle. Les personnages secondaires - outre la nourrice qui m'a beaucoup fait rire - sont quasi inexistants et leurs rares interventions apportent très peu au récit. De plus, leur ton moralisateur face aux actes d'une femme qu'ils jugent aventurière et parvenue, est un peu lassant. Seule la Comtesse Narona est digne d'intérêt dans cette histoire, pour la complexité et les facettes sombres de son caractère, ses craintes superstitieuses et son penchant pour le drame. On hésite entre la pitié et le dégoût pour elle qui semble accablée par le poids du monde et plus particulièrement par celui de son passé. 

Les lieux quant à eux sont emprunts de mystère, mais je pense que le côté fantastique et l'atmosphère hantée de l'hôtel auraient pu être plus travaillés. En plus de cela, bien des questions demeurent sans réponse à l'issue du récit, ce qui m'a profondément déçue. Les effets de narration se succèdent. L'histoire est tantôt transmise par des lettres que s'échangent les différents protagonistes, tantôt racontée par l'auteur, et la fin m'a un peu réconciliée avec l'intrigue. 

Si vous aimez les drames, les mystères, les expériences interdites et les revenants, tout cela saupoudré d'une bonne dose de romantisme, vous trouverez votre bonheur avec ce court récit de Wilkie Collins, qui malgré tout - pour moi - na pas complètement honoré sa part du contrat. 

Le charme de ce grand auteur anglais n'a donc pas opéré cette fois-ci - ça arrive des fois ! - j'ai tout de même passé un bon moment, et Wilkie Collins reste définitivement pour moi une référence en matière d'énigme victorienne et de mystère en tout genre !

L'Hôtel Hanté - Wilkie Collins - Editions Maxi Poche - 2001



  
                                        

13 commentaires:

  1. Effectivement, de très bons souvenirs avec "la dame en blanc"...je passe donc sur celui-ci.

    RépondreSupprimer
  2. Une déception avec Wilkie Collins, c'est possible? Ben zut :/

    RépondreSupprimer
  3. @Antigone : Il y a beaucoup de gens qui l'ont apprécié, mais ça n'a pas fonctionné avec moi !
    @Sabbio : Ce n'est pas une très grosse déception, mais j'ai connu mieux de la part de cet auteur.

    RépondreSupprimer
  4. ah bah non, qu'est-il arrivé à Wilkie ?? En plus ce roman est dans ma pal, c'est malin...

    RépondreSupprimer
  5. @Hélène : Il te plaira peut-être ! Je sais qu'il a plu à beaucoup de monde ! Il faut le lire quand même, c'est un bon moment à passer !

    RépondreSupprimer
  6. Je lis rapido ton billet - juste pour voir que tu as un avis so-so) vu que je n'ai pas lu le livre mais la 4e... oh my, en effet, il était enflammé, c'est le cas de le dire!

    RépondreSupprimer
  7. j'ai survolé ton billet car l'hôtel hanté est dans ma pal, alors je ne voulais pas torp en savoir ...
    je te tiens au courant quand je l'aurai lu !

    RépondreSupprimer
  8. @Karine :) Je comprends pas bien pourquoi les éditeurs tiennent toujours à faire tous ces rapprochements avec d'autres auteurs célèbres du même style. (sûrement pour faire vendre !)
    @Nane : C'est l'éternel problème quand je parle d'un livre, j'ai toujours tendance à en dire trop... Va falloir remédier à ça en 2011 ! Mais j'attends ton opinion avec impatience !

    RépondreSupprimer
  9. Vilvirt,
    Je commence mes voeux dès ce soir car je n'aurai pas le temps demain...
    Donc,
    Chère Vilvirt,
    Je t'envoie de ma campagne berrichonne, tous mes souhaits les plus alléchants pour la Nouvelle Année. Amour et joies pour chaque jour...
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. @Syl : Ca fait plaisir de te retrouver ici ! As-tu passé de bonnes fêtes ? Moi aussi je te souhaite le meilleur pour 2011, et toutes sortes de grandes découvertes littéraires !!! Je suis impatiente de te retrouver à la rentrée (quand tu auras soufflé un peu) pour voir ce que tu as reçu pour Noël et connaître toutes tes bonnes résolutions pour l'année à venir !! Bonne année !!

    RépondreSupprimer
  11. Ce soir, c'est plus qu'une petite récréation ! J'ai le temps d'aller et venir sur les blogs. Mais dès demain, je rempile !... Réveillon à la maison. C'est moi qui suis l'hôtesse cette année.
    Pour Noël, les fêtes ont été très bonnes, en famille. Je ne vois pas de Noël sans mes parents et mon frère. J'attaque mes lectures le 02 janvier, le 1er j'aurai encore des invités. Pour demain, j'ai acheté une tenue pour servir... Si tu as vu Bridget Jones... souviens-toi de sa tenue de petit lapin lorsqu'elle se déguise... et bien j'ai pris la même !!! Vais-je oser ? Sur cette image, je te laisse, bonne nuit...

    RépondreSupprimer
  12. @Syl : Non !!!!!! J'imagine très bien à quoi tu vas ressembler ! Mais dis moi : est-ce que Darcy sera là lui aussi pour t'aider à remuer ta soupe bleue ? (sinon, ça vaut pas le coup !) Amuses-toi bien et bonne année 2011 encore une fois !!

    RépondreSupprimer
  13. Coucou, Pause thé matinal...
    Mon Darcy m'aide en ce moment. Pas de soupe bleue, mais il fait une bûche au chocolat. Je suis partie de la cuisine, je ne veux pas le voir salir mon plan de travail !
    Il faudra que l'on me prenne en photo et je te l'adresserai rien que pour toi !
    Bon réveillon, champagne et serpentins...

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com