• /

dimanche 3 octobre 2010

Le Meurtre de Roger Ackroyd - Agatha Christie



Un soir, dans sa propriété de Fernly Park, l'industriel Roger Ackroyd se confie à son ami le Dr Sheppard. La veuve qu'il envisageait d'épouser s'est suicidée pour échapper à un chantage. Dans une ultime lettre, elle lui révèle le nom de celui qui détient un terrible secret : un an plus tôt, elle a assassiné son mari.


Je comprend, maintenant que je l'ai lu, pourquoi ce roman d'Agatha Christie a fait autant d'adeptes ! C'est positivement l'un des meilleurs, au même titre que Dix Petits Nègres.

On est pourtant projeté, dès le départ, dans un style commun à ses nombreuses énigmes, avec beaucoup de suspects, tout autant de mobiles et peu d'alibis. Roger Ackroyd, au soir d'un dîner auquel il a convié des membres de sa famille et plusieurs de ses amis, se fait lâchement assassiné dans son bureau. Il venait de recevoir une lettre dans laquelle la femme qu'il comptait épouser - et qui vient de se suicider - avoue le meurtre de son époux, et lui dévoile le nom de la personne qui la faisait chanter.


Hercule Poirot lui-même ne tarde pas à faire son apparition dès le début du récit. Il est venu prendre sa "retraite" à King's Abbot, mais les meurtres et les mystères ne se décident pas à le laisser en paix ! Sur la demande de la nièce d'Ackroyd, Flora, il mène son enquête pour découvrir l'assassin, en compagnie du narrateur - le docteur Sheppard - médecin du village.

Dans cette enquête, le flair et le talent de déduction d'Hercule Poirot sont mis à l'honneur et réservent de sacrés surprises au lecteur. Toutes les pistes sont étudiées, chaque suspect cache un secret inavouable, et Hercule Poirot a fort à faire pour dénouer les fils d'une intrigue aux multiple ramifications. King's Abbot, ce village d'aspect tranquille, recèle bien des âmes sombres, et les bavardages et autres cancans des vieilles filles du lieu vont participer à embrouiller les idées du lecteur !

J'ai particulièrement apprécié la soirée "entre voisins" organisée par la soeur du docteur Sheppard, et qui, entre deux parties de Mahjong, donne lieu à des dialogues savoureux et ouvre la porte aux pires déductions de chacun !... Hercule Poirot est comme toujours dépeint comme un être suffisant, ridicule, imbu de lui-même, mais sa perspicacité va en surprendre plus d'un...

La chute et la découverte de l'assassin relèvent d'une pirouette littéraire assez surprenante, et une fois de plus, je ne m'attendais pas du tout à ça. Ce qui prouve une fois encore qu'Agatha Christie n'a pas fini de m'étonner avec ses romans !


Le Meurtre de Roger Ackroyd - Agatha Christie - Le Livre de Poche - 2007



2 commentaires:

  1. Indéniablement le meilleur Agatha Christie à mes yeux, quel tour de force narratif !

    RépondreSupprimer
  2. Hercule qui s'appelle lui-même "Papa Poirot", c'est tout simplement délicieux !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com