• /

mercredi 13 octobre 2010

L'Auberge Rouge - Honoré de Balzac


Dans une auberge au bord du Rhin sont réunis par le hasard deux jeunes Français et un riche négociant allemand qui passent une agréable soirée avant d'aller se coucher. Au petit matin, on retrouve le négociant décapité... Dans les brumes de l'Allemagne romantique, l'inspecteur Balzac mène l'enquête.

Tout d'abord, il faut préciser que cette nouvelle n'a rien à voir avec l'histoire bien connue de la fameuse auberge de Peyrebeille en Ardèche, renommée non pas pour sa gastronomie, mais pour les nombreux meurtres qui y auraient été perpétrés au XIXème siècle. Cette histoire-ci conte le destin tragique d'un jeune chirurgien militaire accusé à tort du crime d'un négociant, rencontré un soir dans une auberge, et qu'il aurait assassiné pour le dépouiller de son or.

L'histoire est donc évoquée comme une anecdote parmi d'autres, à la fin d'un dîner qui rassemble quelques hautes personnalités de l'époque, dont l'auteur fait apparemment partie. Un banquier allemand nommé Hermann conte l'histoire de deux jeune gens dont la vie va être bouleversée par un crime pour lequel l'un d'eux sera exécuté. Son innocence ne fait aucun doute pour l'ancien prisonnier allemand qui a recueilli les dernières confidences du jeune homme lors de leur emprisonnement. Toute l'assemblée est en émoi à l'évocation du sort funeste qui s'est abattu sur le négociant dont on a dérobé l'or, mais c'est à ce moment précis que l'auteur pense avoir démasqué l'assassin parmi les convives.


Jean-Frédéric Taillefer se trouve devant lui à table, et l'auteur voit son visage se décomposer au fil du récit. Sans l'ombre d'une hésitation, l'auteur en conclu qu'il doit être le compagnon du jeune chirurgien exécuté à l'époque, et qui s'était enfui. Et donc le véritable assassin du négociant, dont il a probablement volé l'or grâce auquel il a construit sa fortune.


S'ensuivent pour lui d'interminables interrogations, car en plus d'avoir découvert son secret, il est aussi tombé amoureux de la fille de Taillefer. Un amour réciproque qui le fait pourtant douter de sa volonté à s'engager avec la jeune fille puisque sa richesse est tâchée du sang d'un crime.


L'Auberge Rouge est donc une nouvelle de style plutôt philosophique, comme en témoigne le débat engagé à la fin du récit - l'auteur doit-il oui ou non épouser Victorine Taillefer malgré le meurtre que son père a probablement commis ? - que j'ai trouvé particulièrement plaisante, tant au point de vue de l'écriture de Balzac, que de la manière dont il dépeint certains traits de la haute société de l'époque ainsi que leurs moeurs. La moralité n'est pas épargnée puisqu'on apprend que Taillefer a pu jouir de sa fortune sans remord durant presque toute sa vie. La nouvelle s'achève sans qu'on sache si oui ou non notre auteur cèdera à ses sentiments.


Le style de Balzac ne m'a pas laissé indifférente et m'a rappelé que j'ai encore des livres de cet auteur dans ma PAL qui ne demandent qu'à être ouverts ! Ce que je ne tarderai pas à faire avec Le Père Goriot prochainement...


L'Auberge Rouge - Honoré de Balzac - Editions Folio - Collection 2 euros - 2005

   

6 commentaires:

  1. A ce prix là... tu peux t'inscrire au challenge a 2€... bises

    http://contesdefaits.blogspot.com/2009/10/un-petit-challenge.html

    RépondreSupprimer
  2. Encore un challenge !! Est-ce bien raisonnable ?

    RépondreSupprimer
  3. j'ai acheté cette nouvelle en début d'année et je e l'ai toujours pas lu mais ton billet va me faire ressortir cette nouvelle de ma PAL... Je suis une grande admiratrice de Balzac et je suis vraiment attiré par cette histoire... affaire à suivre !

    RépondreSupprimer
  4. Cette nouvelle, que j'ai lu, m'a permis de me réconcilier un peu avec l'auteur. Je lirais d'autres nouvelles de lui. POur les romans, faudra encore attendre !

    RépondreSupprimer
  5. @Maggie : Vas-y ! Lance toi ! En plus c'est très court, ça se lit vraiment bien ! Ca a été l'occasion pour moi de renouer avec cet excellent auteur !
    @Géraldine : Ah bon ? Tu es fâchée avec Balzac ? Un roman qui ne t'as pas plu ?

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai lu ce weekend et j'ai bien aimé aussi. Et c'est vrai que j'ai été surprise par l'histoire car on n'a pas du tout cette image de cette nouvelle. Mais j'ai trouvé sur un blog un autre auteur qui a lui aussi baptisé sa nouvelle l'Auberge rouge et qui reprend le fait divers des aubergistes assassins.

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com