• /

mardi 19 octobre 2010

Elizabeth et son Jardin Allemand - Elizabeth Von Arnim


Elizabeth et son jardin allemand raconte l'installation des Arnim dans leur domaine de Prusse Orientale, rédigée sous forme de journal intime. Paysagiste suave, souveraine dans l'évocation d'un parterre de tulipes, d'un traîneau soulevant la neige ou d'un pique-nique au bord de la Baltique gelée, elle est toutefois insurpassable dans la vacherie distinguée. Peu soucieuse de l'opinion, indépendante, énergique, sachant "saisir la chance au cou", toute à sa folie botanique, Elizabeth en son jardin descendue nous administre la preuve que rien ne vaut une écriture ferme et une désolante absence de charité pour faire un bon livre.

Voilà un  auteur que je suis contente d'avoir découverte. J'ai passé un excellent moment auprès d'Elizabeth, de ses amies, de son mari et de ses enfants dans cet étrange et merveilleux "Schloss" posé au coeur de la campagne allemande.

Elizabeth est anglaise, mariée à un noble allemand, mais cette jeune femme, mère de 3 enfants, s'ennuie dans la bonne société allemande, et avec l'accord de son époux, elle décide de s'installer avec ses enfants dans leur domaine de Nassenheide, située au coeur d'une magnifique région allemande, la Poméranie. Elle va très vite s'y sentir merveilleusement bien, loin de la foule, des ragots, et même de son mari, qu'elle nomme dans son journal l'Homme de Colère ! Elle tombe aussitôt amoureuse du jardin laissé à l'abandon et se lance dans la plantation de multiples variétés de fleurs pour l'égayer. C'est là que débute sa "folie horticole", grâce à laquelle elle peut se soustraire aux contraintes de la vie ordinaire, aux domestiques, aux visites en société, et qui, avec ses livres, lui apporte tout le bonheur possible. 

Nul ne paraît comprendre, ici, combien le coeur me bat en attendant la floraison de mes roses.


Nous sommes à la fin du XIXème siècle, et ce récit des jeunes années d'Elizabeth Von Arnim est rédigé sous forme de journal. Il égrène, au fil des saisons, les émotions et les ressentis de cette jeune femme de la haute société qui a choisi pendant un temps de se soustraire à celle des aristocrates de son époque. Son esprit est vif, avec une plume piquante et légère elle narre ses longues journées passées à paresser dans ce jardin anarchique qu'elle veut modeler à son goût et peupler de dizaines d'espèces dont les descriptions sont un délice. 

Mais plus qu'un simple recueil botanique, le journal d'Elizabeth est avant tout une critique subtile et caustique de son époque. A travers ces lignes, on découvre la condition de la femme à l'aube du XXème siècle, dans une société stricte, pleine de contraintes et d'obligations. On prend pleinement conscience de la place qu'Elizabeth occupe aux côté d'un époux ironique et parfois méprisant vis à vis des femmes, l'ennui profond que constitue pour elle, dont l'esprit est définitivement indépendant, la proximité des femmes de sa condition et leurs préoccupations futiles. L'autorité qu'elle obtient sur son jardin est une liberté qui nous tient autant à coeur qu'à elle, et c'est une joie de la voir accueillir les quelques amis qu'elle accepte de recevoir, et d'assister à leurs échanges farfelus, à leurs questionnements sur la vie...

C'est aussi pour elle l'occasion de nous faire part de son opinion face à certaines de ses relations, de souligner leurs petits défauts, leur vanité, leur égocentrisme, ou leur mépris caché, de critiquer allègrement leur comportement vis à vis de leurs domestiques, et de se moquer gentiment - ou non - de ses visiteurs... Tout cela d'une manière distinguée, subtile et très drôle, comme l'indique cette réflexion tirée d'un passage qui se déroule en plein hiver, pendant un pique-nique au bord de la mer Baltique, auquel elle a entraîné quelques-une de ses amies :

Elle semblait craindre les effets du gel sur un nez qu'elle a fort joli, je dois le reconnaître, et qui le serait davantage encore au milieu d'une autre figure car elle ignore l'art de porter le nez avec esprit.


Elizabeth apparaît comme une femme en avance sur son temps, parfois aux limites du féminisme, souvent en but aux sarcasmes de son mari, une femme pleine d'esprit, capable de se moquer d'elle-même, heureuse de vivre, pleinement contentée par un style de vie simple qu'elle a eu le bonheur de choisir et qui lui convient à la perfection. Pour moi, une très grande dame ! J'aimerais vraiment pouvoir lire très vite Avril enchanté ou En Caravane, pour en découvrir plus sur cette romancière.

Elizabeth et son Jardin Allemand - Elizabeth Von Arnim - Editions 10-18 - Domaine Etranger - 1996

 

      

9 commentaires:

  1. Je suis fan d'Elizabeth VON ARNIM, j'ai adoré "En caravane" et "avril enchanté". Je note donc celui-ci également.

    RépondreSupprimer
  2. Voilà qui m'a l'air drôlement intéressant, je note aussi !!

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que c'est une petite lecture très agréable !

    RépondreSupprimer
  4. C'est un de ces livres dont on en envie de parler à ses amies après l'avoir lu, je l'ai offert très souvent et toujours les lectrices ont aimé, ce personnage est superbe
    J'ai beaucoup aimé Avril enchanté un peu moins "en caravane"
    comme tu le dis très bien cette femme était en avance sur son temps, sous des dehors bien sages elle était la révolte même

    RépondreSupprimer
  5. @Dominique : Je l'ai effectivement prêté à une amie avant de le lire, et elle l'a beaucoup apprécié elle aussi ! Je vais tenter de me procurer d'autres livres de cette dame !

    RépondreSupprimer
  6. Je vais inviter cette charmante Elizabeth chez moi ; depuis quelques temps, j'ai d'autres préoccupations que mon jardin...

    RépondreSupprimer
  7. Comme ses livres ne sont plus réédités, je ne connais toujours pas cet auteur ! Est-ce que celui-ci est sorti récemment en poche ?
    Comme je ne connais que les titres de ses romans, je note ce "journal autobio"...

    RépondreSupprimer
  8. @Maggie : Je ne pense pas qu'il soit sorti récemment. en même temps je ne fais pas trop attention aux dates de parutions des romans en général. Je crois que celui-ci est paru en 1996.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai adoré ce récit aussi, une belle découverte, et il donne envie d'en lire d'autres. Quelle personnalité hors du commun !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com