• /

lundi 13 septembre 2010

Bouquiner - Annie François




A ceux qui demandent " Dis-moi ce que tu lis...? ", l'auteur répond par " Comment je lis ". Couchée ? Assise ? Au bureau, à la maison, à l'hôtel, au restaurant, dans le métro, à l'hôpital ? Pourquoi ci ? Pourquoi ça ? Avec ou sans marque-page ? Sur les conseils d'un ami, d'un critique, d'un libraire ? Des gros volumes, des opuscules ? Comment classer, empiler, ranger, ne pas ranger, déranger ses livres ? Déménager à cause des livres ? Quel plaisir prend-on au velouté ou à la finesse du papier, à la souplesse ou à la rigidité des reliures, au bruit des pages qu'on feuillette, à leur odeur ? Quel rapport avec la mémoire ou l'oubli, la culture et l'inculture ? Au fil d'une cinquantaine de chapitres drôles ou émouvants se dessinent une sorte d'autobiobibliographie, de portrait d'un couple, d'une tribu amicale, d'une confrérie de lecteurs dont on aime à se sentir proche.


Je dois dire que je voue un attachement particulier à ces livres qui parlent de livres. Je trouve qu'ils sont particulièrement jouissifs et rassurants. Jouissifs pour la simple et bonne raison qu'en tant que lectrice, il n'y a pas de plus beau sujet au monde que celui des livres et la manière que tout un chacun a de les aimer, de les acquérir et de les dorloter. Et rassurants, parce que grâce à des auteurs comme Annie François, je ne me fais plus l'effet d'être un ovni, séparée des autres par cette barrière infranchissable que constitue l'amour des livres et de la littérature, et parfois aussi celui de l'objet, précieux entre mille.

"Bouquiner", c'est l'attachement sans faille et les petites manies qui gravitent autour du livre, c'est une déclaration pleine d'humour d'une lectrice et acheteuse compulsive, qui hésite à balancer ses ouvrages à la poubelle quand elle n'a plus de place, et profite de chaque moment de sa vie pour lire - en voyages, au restaurant, au lit...

Certains passages m'ont plus touchés que d'autres, ce qui montre combien les rapports aux livres que nous avons les uns et les autres sont différents, en particulier les courts chapitres qui évoquent la "boulimie", les "pathologies" du lecteur (qui m'ont tout de suite parlées !), les lectures croisées, et les problèmes de rangement qui se posent pour tout lecteur qui se respecte avec ses innombrables piles qui s'accumulent dans toutes les pièces !


La pièce chavirait sous mes yeux [...] C'est alors que je compris que la bibliothèque s'enfonçait dans le parquet. Je battis en retraite sur la pointe des pieds pour ne pas précipiter le naufrage. Il fallut retirer un à un tous les bouquins, arracher la moquette, renforcer les lattes de parquet, calfater. Au bout de quinze jours, le navire était renfloué.



Sur d'autres sujets, j'ai un avis complètement différent de celui de l'auteur (encore une fois, chaque lecteur est différent) par exemple sur les marque-pages - qui pour moi, sont des objets indispensables ! - que l'auteur, elle, n'emploie jamais. (Elle préfère "marquer" les pages avec son ongle !)


Donc, en marge de la ligne fautive ou de l'expression mémorable, je donne un coup d'ongle appuyé. Et passe pour folle quand, inclinant mon bouquin en tout sens, ou le tâtant du bout des doigts tel le lecteur de braille, j'essaie de déceler le trait embouti dans l'épaisseur du papier.




Et je ne partage pas son opinion sur les bibliothèques publiques. Pas plus que sur la conservation des ouvrages. Il m'arrive à moi d'en vendre et d'en échanger sans remords, pour pouvoir m'en offrir d'autres, mais je garde bien sûr la plupart des livres qui m'ont plu et que je souhaite relire un jour.


Encore une fois, les avis divergent chez les uns et les autres, et c'est d'autant plus plaisant de découvrir ces différences en explorant l'univers d'Annie François.

Et puis, comme toujours dans ce genre d'ouvrages, c'est l'occasion de découvrir des auteurs inconnus, grâce au rapport que l'auteur entretien avec certaines de ses plus belles découvertes. J'ai noté entre autres Le Sang Noir de Louis Guilloux que je ne connaissais absolument pas, et sur lequel Annie François revient de nombreuses fois, Joséphine de Jean Rolin, Comme un Roman de Daniel Pennac, L'Homme sans qualités de Robert Musil, Li de Kavvadias, ou encore Cormac McCarthy (Ah ! celui-là je le connais !)

Un livre de chevet, donc, que je vais soigneusement conserver tout près de mon lit pour en feuilleter certains passages quand l'envie m'en prendra !


Bouquiner - Annie François - Editions Seuil - Collection Points - 2002

3 commentaires:

  1. je n'ai pas pu résister je me suis commander ce livre !!!

    RépondreSupprimer
  2. je l'ai reçu hier matin !!! il n'y a plus qu'à !

    RépondreSupprimer
  3. Je te souhaite une excellente lecture ! J'ai beaucoup aimé ce livre ! D'ailleurs, je crois qu'elle en a écrit d'autres : "Scènes de ménage", "Clopin-clopant"... A découvrir !

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com