• /

vendredi 20 août 2010

Pauline - Alexandre Dumas



"Vous vous réveillerez dans un caveau où nul n'est descendu depuis vingt ans, et dans lequel, d'ici à vingt ans peut-être, nul ne descendra encore. N'ayez donc aucun espoir de secours, car il serait inutile. Vous trouverez du poison près de cette lettre : tout ce que je puis faire pour vous est de vous offrir une mort prompte et douce au lieu d'une agonie lente et douloureuse. Dans l'un et l'autre cas, et quelque parti que vous preniez, à compter de cette heure, vous êtes morte. " Pauline (1838) est un des premiers romans de Dumas, où Monte-Cristo se trouve en germe. C'est un livre qu'il a écrit seul, et qui se déroule de son temps. La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en " noir ", nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres. Pauline fait face à un bourreau mystérieux, " homme fatal ". C'est le roman d'une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.


Enfin ! Me voilà rassurée car j'avais très mal débutée mon challenge "Objectif PAL". Heureusement j'ai bien vite repris le dessus, en découvrant cette petite perle sous un gros tas d'autres ouvrages, en attente dans ma PAL depuis plusieurs mois...
Alexandre Dumas, grâce à Pauline, m'a fait soupirer, trembler, palpiter, bref, j'ai éprouvé toute la palette des sentiments qu'inspire un grand roman d'aventure, en dévorant ce chef d'oeuvre méconnu ! Il faut dire que je suis une adepte de ce genre de récits qualifiés de "gothiques", et que j'ai passé des moments inoubliables dans le passé avec Ann Radcliff, Lewis, Emilie Brontë, Horace Walpole et bien d'autres...


Dans Pauline on retrouve les ingrédients habituels de ce genre de récit : le bruit du vent dans les arbres, un cimetière éclairé par la lune, des passages secrets, des personnages tourmentés, une héroïne apeurée victime d'agissements bien peu catholiques, et bien sûr, le manoir où tout débute,  ses pièces secrètes et ses nombreux corridors. Mais l'écriture d'Alexandre Dumas est particulièrement fluide et agréable. J'ai eu les plus grandes difficultés à décrocher de ce livre pour vaquer à mes occupations. Et c'est ce qui m'a permis de fait durer le plaisir...

Le récit se met en place très rapidement, on est projeté aux côtés des personnages dès les premières pages, et les énigmes se succèdent. Qui est cette femme mystérieuse que l'auteur croise plusieurs fois, et qui semble fuir la société des gens ? Que cherche-t-elle à oublier en parcourant le pays en compagnie de son ami, Alfred de Narval ? Des questions auxquelles ce même Alfred de Narval, l'ami du narrateur, répondra lors de leurs retrouvailles.
Racontée d'abord par Narval, qui évoque sa rencontre imprévue avec l'héroïne, puis par Pauline elle-même - l'histoire est celle d'une jeune fille issue de l'aristocratie française, dont le bonheur prend fin lorsqu'elle rencontre puis épouse Horace de Beuzeval. Le comte de Beuzeval est un personnage énigmatique, dont l'apparence angélique semble cacher bien des mystères. L'origine de sa fortune est plus que douteuse, et son comportement général inspire l'effroi. 

Parti chasser plusieurs mois dans son domaine de Normandie avec deux de ses compagnons, Horace s'éloigne de son foyer, mais sa femme, malgré l'interdiction, le rejoint rapidement, inquiète des rumeurs qui courent dans tout le pays au sujet de brigandage et d'assassinats. Ce climat d'angoisse est propice aux tourments de Pauline qui se pose déjà beaucoup de questions sur son mari. Une visite du manoir en pleine nuit, la présence d'un domestique muet et inquiétant, la découverte d'un passage secret et plus encore, tout cela va alimenter les angoisses de la jeune femme et la forcer à prendre une décision terrible... décision qui va précipiter sa perte. 

C'est à cet endroit du récit qu'Alfred de Narval reprend la narration pour nous livrer ses impressions, ses sentiments vis-a-vis de l'héroïne, dont on le devine très amoureux et il évoque comment, par un curieux concours de circonstance, il s'est lui-même retrouvé en présence du mystérieux comte de Beuzeval.

Une histoire sans temps mort, pleine de romantisme, d'exotisme, de mystère, mais sans la poésie d'Ann Radcliff dont les descriptions de paysages m'avaient fait rêver dans Les Mystères d'Udolphe. Le récit de Dumas est bien plus axé sur l'action, et s'attarde moins sur les lieux ou la psychologie des personnages.
Mais une histoire merveilleuse à dévorer tout de même, et qui ne peut que donner envie de redécouvrir ce grand auteur, et de se plonger dans les aventures du Comte de Monte-Cristo, des Trois Mousquetaires ou du Vicomte de Bragelonne.


Pauline - Alexandre Dumas - Editions Folio - Collection Classique



5 commentaires:

  1. Je garde un merveilleux souvenir de cette lecture qui m'avait vraiment plu. Je vais donc aller voir les romans d'Ann Radcliff si tu dit qu'ils sont encore mieux ;)

    RépondreSupprimer
  2. Le chateau d'Udolphe d'Ann Radcliff est bien plus sombre que "Pauline" mais vraiment un grand classique à lire - en tout cas pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ce genre de roman aussi... Tu me donnes très envie !

    RépondreSupprimer
  4. @Céline : Je suis contente que ce billet t'ai plu ! Je te souhaite beaucoup de plaisir à la lecture de ce titre en particulier !

    RépondreSupprimer
  5. C'est un beau roman, en effet, un peu atypique dans la production de Dumas... tu me donnes envie de découvrir Ann Radcliff ! ;)

    RépondreSupprimer

Tranches... de livres ! © 2014 - Designed by Tranches... de Livres !, Plugins By MyBloggerLab.com